/news/transports
Navigation

Tragédie de Lac-Mégantic: les cadres québécois de la MMA, de simples exécutants

Coup d'oeil sur cet article

Toutes les décisions de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA), la compagnie propriétaire du train qui a déraillé à Lac-Mégantic et tué 47 personnes, se prenaient à partir des États-Unis.

• À lire aussi: Lac-Mégantic: le convoi était surnommé la «bombe ambulante»

• À lire aussi: Thomas Harding témoigne au procès du CP

Les cadres de la compagnie travaillant au Québec n'étaient que de simples exécutants.

Huit ans après les évènements, Jean Demaître n'a toujours pas repris le travail en raison d'un choc post-traumatique.

Ancien directeur de l'exploitation pour la MMA au Québec, il n'avait aucun pouvoir décisionnel.

Tout était décidé au siège social de Bangor, au Maine.

Que ce soit le pétrole transporté, la composition des convois et le recours aux équipages à un seul homme.

Il ignore qui a décidé que le transfert des trains pétroliers entre les équipages américains et canadiens s'effectuerait à Nantes et n'en connaît pas les raisons.

Comme ce fut le cas pour Thomas Harding, l'homme de 57 ans a travaillé au Canadien Pacifique avant de faire le saut chez l'entreprise Québec Sud, qui est devenue par la suite la MMA.

Les problèmes mécaniques étaient fréquents pour la compagnie. La division québécoise devait souvent se débrouiller avec un nombre minimal de locomotives en raison de bris.

Au moment où Richard Labrie lui a appris qu'un incendie avait endommagé la locomotive de tête et que les pompiers avaient dû éteindre les moteurs, Jean Demaître était surpris.

C'est que le propriétaire de l'entreprise, Ed Burckhardt, avait avisé les chefs de train d'éteindre les engins quand ils immobilisaient les trains pour une certaine période de temps par souci d'économiser les coûts de carburant.

Jean Demaître est le dernier des trois anciens employés de la défunte Montreal, Maine & Atlantic acquittés de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes à témoigner au cours de ce procès.

Le Canadien Pacifique nie toute part de responsabilité dans la tragédie de Lac-Mégantic. Elle est la seule compagnie sur 24 à ne pas avoir participé au fonds d'indemnisation d'environ 350 M$.