/entertainment/movies
Navigation

Film-choc: «Titane» ne laissera personne indifférent

Coup d'oeil sur cet article

Attachez votre tuque avec de la broche. C’est le meilleur conseil qu’on pourrait vous donner avant d’aller voir Titane, le puissant et déstabilisant nouveau film de la réalisatrice française Julia Ducournau, qui a remporté la Palme d’or au dernier Festival de Cannes

Disons-le d’entrée de jeu : Titane n’est pas un film qu’on pourrait qualifier d’aimable. Ce drame coup de poing qui flirte à la fois avec le fantastique, l’horreur et la comédie noire se révèle souvent douloureux à regarder tellement certaines scènes de violence crue sont insoutenables. Lors de la projection du film à Cannes, en juillet dernier, les pompiers ont même dû intervenir dans la salle pour prendre en charge quelques spectateurs victimes de malaises. Vous voilà donc avertis.

Depuis qu’elle a subi un accident de la route quand elle était petite, Alexia (Agathe Rousselle) doit porter une prothèse en titane greffée sur son crâne. Ayant développé un lien particulier avec les voitures, elle travaille désormais comme danseuse érotique dans des spectacles automobiles. Mais un soir, alors qu’elle se fait aborder de façon trop insistante par un admirateur, Alexia tue froidement le jeune homme. Elle s’embarquera par la suite dans une série de meurtres sordides, jusqu’à ce qu’elle fasse la rencontre de Vincent (Vincent Lindon), un pompier désespéré qui cherche son fils disparu depuis 10 ans.

Agathe Rousselle dans le film Titane.
Photo courtoisie, Entract Films
Agathe Rousselle dans le film Titane.

Audacieux et radical

Cinq ans après avoir fait sensation avec son premier long métrage, le provocant film d’horreur Grave, la cinéaste française Julia Ducournau a frappé un grand coup l’été passé en devenant la seconde femme (après Jane Campion, en 1993) à remporter la Palme d’or du Festival de Cannes. Le jury présidé par Spike Lee a manifestement voulu envoyer un message fort en récompensant Titane, une proposition de cinéma audacieuse et radicale qui ne laissera personne indifférent.

À seulement 37 ans, Ducournau étonne autant par sa grande maîtrise de la caméra que par l’aisance avec laquelle elle navigue entre les genres. Le résultat est puissant, brutal et déstabilisant. Si Titane sombre parfois dans le grotesque, la réalisatrice parvient tout de même à émouvoir en faisant apparaître une lueur d’amour et d’humanité chez ces deux personnages brisés et abîmés par la vie. 

Titane ★★★★

Un film de Julia Ducournau

Avec Agathe Rousselle, Vincent Lindon et Garance Marillier.
À l’affiche vendredi