/opinion/columnists
Navigation

Les États-Unis tout aussi voyous que la Chine

Drapeau États-Unis situation bloc
Photo Reuters

Coup d'oeil sur cet article

C’est avec soulagement que la majorité des Canadiens a accueilli le retour au pays de Michael Kovrig et de Michael Spavor.

Les circonstances ont vite fait de mettre au ban la Chine de Xi Jinping. Pour nos concitoyens, le pays de Mao est désormais à classer dans les États voyous.

L’expression sous-entend un État qui ne respecte pas les lois internationales, soutient des attentats ou viole systématiquement les droits de la personne les plus élémentaires.

On le savait depuis longtemps pour la Chine, mais les échanges commerciaux tempéraient l’outrance. L’arrestation des deux Canadiens a libéré l’indignation et provoqué des remises en question de nos rapports diplomatiques et économiques avec celle-ci.

Comme plus de la moitié de nos échanges commerciaux se font avec les États-Unis, les analystes incitent plutôt à la consolidation de nos échanges économiques avec le voisin du Sud.

En somme, il s’agirait de choisir le voyou le plus profitable pour les entreprises canadiennes. Un tel choix ne met pas à l’abri des pressions étatsuniennes indues.

La dépendance

L’aversion pour le régime chinois et ses exactions est légitime. Cependant, l’importance de nos échanges commerciaux avec les États-Unis ne devrait pas nous rendre aveugles.

Les États-Unis sont tout aussi voyous que la Chine.

Le traitement de leurs populations noires et hispaniques, les arrestations arbitraires, l’ingérence dans la conduite d’autres États, Guantanamo, les relations avec quelques dictatures et le soutien indéfectible à Israël, malgré les résolutions onusiennes, en sont quelques exemples.

Chose certaine, les violations de l’une ne devraient pas nous empêcher de constater celles de l’autre.

Diversification

Faute de pouvoir vivre en autarcie, le Canada, et par conséquent le Québec, aurait intérêt à multiplier les partenaires commerciaux tout en optimisant la production intérieure.

Les grandes puissances n’ont pas de cœur, elles ont des intérêts géostratégiques qui ne se soucient guère des droits de la personne et des lois.