/finance/opinion/columnists
Navigation

Stade de baseball: à quoi joue Denis Coderre?

BOSvsTOR
Photo d’archives, Martin Chevalier Denis Coderre, entouré de Charles et Stephen Bronfman, peu avant un match hors concours au Stade olympique, en avril 2016. M. Coderre était alors maire de Montréal, une fonction qu’il tente présentement de reconquérir.

Coup d'oeil sur cet article

Faudrait bien que Denis Coderre fasse un « maire » de lui et se prononce clairement sur le projet de construction d’un nouveau stade de baseball au centre-ville de Montréal, lequel projet est parrainé par le richissime Stephen Bronfman, propriétaire de la firme d’investissement Claridge, et promoteur en chef de Groupe Baseball Montréal.

La question : monsieur Coderre, êtes-vous en faveur de la participation financière de la Ville de Montréal dans la construction de cet autre stade sportif ? Oui ou non, monsieur Coderre ? Ça prend votre réponse maintenant. Pas au lendemain de la présente campagne électorale.

La mairesse Valérie Plante, elle, a fait preuve de transparence sur ce projet. Sa position ? Pas question pour elle de voir la Ville participer au financement de ce projet.

Transparence électorale oblige, que le candidat Coderre, lui-même grand fan du possible retour du baseball majeur à Montréal, cesse de faire l’autruche et nous dise la vérité sur sa position face au financement de l’ambitieux projet de construction du stade de baseball au cœur de Montréal.

Après s’être mis les pieds dans les plats avec « sa » course de Formule électrique où il a manqué totalement de transparence, l’ex-maire Coderre devrait savoir qu’il n’est politiquement pas rentable d’esquiver une question aussi fondamentale que sa position sur le financement de ce projet de stade de baseball au centre-ville de la métropole.

  • Écoutez la chronique de Michel Girard sur QUB radio:

LE PROJET AVANCE...

Grâce à mes collègues du Journal, nous avons appris que l’ambitieux projet de construire un stade au bassin Peel de Montréal pour accueillir une demi-équipe de baseball professionnelle avance à grands pas.

Le projet permettrait aux Rays de Tampa Bay de disputer la moitié de leurs matchs « locaux » à Montréal.

Que de riches promoteurs veuillent construire à leurs frais un nouveau stade sportif au centre-ville de Montréal pour se « payer » une demi-équipe de baseball d’ici à ce qu’ils réussissent à mettre la main sur une équipe complète... je n’ai absolument rien contre.

Mais Bronfman et ses partenaires de Groupe Baseball Montréal (Alain Bouchard d’Alimentation Couche-Tard, Stéphan Crétier de Garda Word, Mitch Garber, ex-président du Cirque du Soleil et du Ceasars Palace) ne veulent pas se « payer » ledit stade de baseball.

Ils souhaitent que ce soit nous, les contribuables, qui financent leur projet de stade de baseball au centre-ville.

L’APPUI DE LEGAULT...

Et malheureusement pour nous, il y a fort à parier que ces riches promoteurs vont réussir à nous arracher des centaines de millions de dollars en financement public pour leur permettre de réaliser leur rêve.

Comment ? Par l’entremise du gouvernement de François Legault, qui, selon son ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon, est en discussion avec les promoteurs.

Le défi du gouvernement Legault dans ce dossier consiste à trouver le mécanisme par lequel il serait « socialement » rentable de financer (directement ou indirectement) la réalisation de l’ambitieux projet, dont le stade serait localisé dans un nouveau développement immobilier.

Pour vous montrer à quel point le projet avance, il faut savoir que la Caisse de dépôt et placement, par l’intermédiaire de sa filiale immobilière Ivanhoé Cambridge, est présentement impliquée dans la recherche d’une solution financière.

La présidente et cheffe de la direction d’Ivanhoé Cambridge, Nathalie Palladitcheff, se dit prête à contribuer au projet de construction d’un nouveau stade de baseball au centre-ville de Montréal, mais, ajoute-t-elle, pas à n’importe quel prix. 

OPPOSITION

Les trois partis d’opposition (libéraux, solidaires, péquistes) trouvent inacceptable d’accorder un financement public pour la construction d’un tel stade sportif.

À mon avis, c’est d’autant inacceptable que le gouvernement du Québec est lui-même propriétaire d’un magnifique Stade olympique d’une valeur de cinq milliards de dollars.

Je rappelle le prétexte évoqué par les bonzes du Groupe Baseball Montréal pour ne pas ramener le baseball professionnel au Stade olympique : son éloignement du centre-ville.

Voyons donc ! On parle d’une distance de 6,5 kilomètres entre la Gare Centrale et le Stade olympique, lequel est par ailleurs desservi par le métro et les autobus... Et le stationnement y est facile.

Avis au Groupe Baseball Montréal : les célèbres Patriots de la Nouvelle-Angleterre, de la NFL, jouent au Gillette Stadium de Foxborough, à 35 kilomètres, à vol d’oiseau, du centre-ville de Boston !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.