/investigations/politics
Navigation

Remplacement de Prud'homme: y a-t-il des volontaires pour diriger la Sûreté?

Le gouvernement démarre le processus pour remplacer Martin Prud’homme

Martin Prud’homme
Photo d'archives, Chantal Poirier Martin Prud’homme a réglé sa poursuite avec le gouvernement qui prévoyait aussi son départ à la retraite en août dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Québec a officiellement lancé hier un avis de recrutement afin de trouver une nouvelle personne à la tête de la Sûreté du Québec pour les sept prochaines années, suite au départ de Martin Prud’homme.

• À lire aussi: Martin Prud'homme annonce sa retraite de la Sûreté du Québec

La prochaine nomination mettra définitivement un terme à la saga qui avait mené à la suspension de l’ancien directeur Prud’homme, parti à la retraite en août dernier suite à une entente secrète avec le gouvernement.

  • Écoutez l'entrevue de l'ancien ministre de la Sécurité publique, Jacques Dupuis avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Le processus survient aussi au moment où la Sûreté du Québec (SQ) est appelée à diriger le front commun pour mettre un terme à la crise des armes à feu.

Le candidat recherché ou la candidate recherchée par le gouvernement doit posséder un minimum de 10 ans d’expérience en gestion et avoir une bonne connaissance de l’État et de la gouvernance des organisations, peut-on lire dans l’avis publié par le Secrétariat aux emplois supérieurs.    

  • Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec François Doré, policier à la retraite et spécialiste en affaires policières, sur QUB radio:  

Bien payé

Québec cherche quelqu’un avec « une excellente connaissance de l’encadrement législatif et réglementaire des organisations policières », ainsi qu’avec de l’expérience en matière d’opérations policières et d’enquêtes d’envergure. 

Le salaire variera entre 176 992 $ et 253 100 $, selon l’expérience de la personne retenue.

Au-delà de sa mission policière, la personne qui prendra le commandement à la SQ occupera aussi un rôle de conseil auprès de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, qui sera sa supérieure immédiate.

La directrice générale par intérim Johanne Beausoleil verra par le fait même son mandat d’intérim se terminer, ce qui ne l’empêche pas d’être candidate pour le nouveau poste. 

une première

Il s’agira de la première nomination d’un grand patron de la SQ depuis la refonte des règles adoptée par le gouvernement caquiste en 2019. Ainsi, la candidature de la personne retenue devra être approuvée par les deux tiers de l’Assemblée nationale, après sa rencontre à huis clos avec un comité de députés.

Depuis 2012, cinq hommes et une femme se sont succédé à la tête de la SQ. 

Le directeur sortant Martin Prud’homme a refusé d’émettre des commentaires sur son avenir dans les dernières semaines. Sa représentante, Annick Mongeau, nous a informés qu’il avait refusé une dizaine de demandes d’entrevue.

UN SIÈGE ÉJECTABLE  

Richard Deschesnes
2008 à 2012
En 2017 il a été accusé puis acquitté de fraude en lien avec des versements dans un fonds secret. 

Mario Laprise
2012 à 2014
À son départ, le député péquiste Pascal Bérubé avait émis l’hypothèse que le gouvernement libéral l’avait retiré de ses fonctions puisqu’il avait été nommé sous le règne d’un autre gouvernement. 

Martin Prud’homme
2014 à 2021
Suspendu avec solde de mars 2019 à son départ en août 2021.

Yves Morency
2017 à 2018
Intérim pendant que Martin Prud’homme va remettre de l’ordre à la police de Montréal.

Mario Bouchard
2019
Il a remplacé par intérim Martin Prud’homme entre mars et décembre.

Johanne Beausoleil
2019 à 2021
Elle a pris le relais de Mario Bouchard.

À VOIR AUSSI...