/sports/hockey/canadien
Navigation

Guy Lafleur souhaite qu'on entoure Jonathan Drouin

Guy Lafleur souhaite qu'on entoure Jonathan Drouin
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Le légendaire Guy Lafleur est sensible à ce que vit l’attaquant québécois Jonathan Drouin avec le Canadien de Montréal. Et il lui souhaite que le meilleur en vue de la prochaine saison. 

• À lire aussi: «On dit souvent que la vie est un combat, c’est vrai» - Guy Lafleur

• À lire aussi: Jonathan Drouin: une étoile, un sourire

«J’ai espoir, a formulé Lafleur, dans un entretien avec Louis Jean, du réseau TVA Sports. On va voir avec qui il va jouer d’ici l’ouverture de la saison. Je lui souhaite le meilleur. Il va être fragile, mais il peut s’en sortir.»

Présent à Gatineau, où il a été honoré jeudi soir par l’organisation des Olympiques et la Ligue de hockey junior majeur du Québec, «Flower» a révélé qu’il a lui-même senti une certaine pression à ses premières années à Montréal, laissant également savoir à quel point cela avait été difficile pour lui.

«Je trouve ça malheureux parce que c’est un gars super talentueux et il est jeune, a aussitôt indiqué Lafleur, à propos des problèmes d’anxiété et d’insomnie qu’a traversés Drouin, dans un texte publié par Louis Jean vendredi sur le site web de TVA Sports. Dans le hockey d’aujourd’hui, comparativement à notre temps, on évoluait avec des vétérans, des joueurs qui nous aidaient, il y avait moins d’équipes, moins de réseaux sociaux, moins de "si et de ça". Dans le fond, il n’y avait rien à part les matchs le mercredi et le samedi.»

«Nous autres, on n’avait pas à se casser la tête de se faire photographier dans un bar, aller à telle place et se faire suivre, a ajouté Lafleur, dans un discours bien senti. Aujourd’hui, avec les salaires qu’ils font, les organisations n’ont pas d'autres choix que de bien entourer ces joueurs-là qui sont à risque comme Jonathan. Faut que tu les aides, faut que tu les appuies, que tu les entoures bien. Jonathan, en tant que joueur, si tu ne l’entoures pas bien, il va retomber où il est.»

Guy Lafleur souhaite qu'on entoure Jonathan Drouin
Photo Martin Chevalier

«Énerve-toi!»

Lafleur est aussi de ceux qui croient que l’organisation du Canadien doit offrir une certaine liberté à Drouin sur la patinoire et ce, avec l’appui des coéquipiers.

«Jonathan, faut qu’il compte. Ça lui prend quelqu’un qui va l’alimenter, quelqu’un qui va lui dire : "Ce soir, énerve-toi calvâsse! On va être là, on va t’aider », a noté la légende. Tu n’as pu cet aspect-là dans le hockey d’aujourd’hui. C’est ce que je trouve déplorable et ça affecte beaucoup de joueurs. Il n’y a pas que Jonathan, il y en a eu d’autres...

«Il y a eu des suicides dans la Ligue nationale, a extrapolé Lafleur. Ce n’est pas évident. Les maladies mentales, faut que tu sois pris en charge de bonne heure et il faut qu’ils te donnent les outils nécessaires pour t’en sortir. S’ils ne te les donnent pas, tu as beau avoir le talent que tu voudras, ça n’a pas rapport avec l’argent que tu fais, c’est une question de santé.»

À voir aussi...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.