/sports/golf
Navigation

Maude-Aimée Leblanc de retour dans la LPGA

Maude Aimée Leblanc
Photo d’archives Maude-Aimée Leblanc s’élançant lors du tournoi Chico’s Patty Berg Memorial à Fort Myers en Floride en avril 2015.

Coup d'oeil sur cet article

Avant même la conclusion de la saison sur le circuit Symetra, Maude-Aimée Leblanc a poinçonné sa carte de la LPGA en prévision de 2022.

Jeudi, à l’aube de la première ronde de la Classique Carolina Golf présentée par la Croix Bleue en Caroline du Nord, la Québécoise a su qu’elle avait remporté sa plus grande bataille. 

Après trois années d’absence, elle rejoindra à nouveau l’élite mondiale féminine dès 2022.

Cinquième au classement de la « course à la carte Volvik » dans l’antichambre de la LPGA, elle ne pouvait glisser mathématiquement au-delà du 10e rang. Rappelons que les 10 meilleures golfeuses à l’issue du calendrier grimpent sur le circuit de la LPGA la saison suivante.

Performante

Une nouvelle qui a emballé la Sherbrookoise âgée de 32 ans. Elle n’a pas levé le pied de l’accélérateur puisqu’elle a aussitôt enregistré une excellente première carte de 66 (-6) dans la région de Greensboro. 

Depuis la mi-mars, Leblanc a participé à 15 tournois en accumulant neuf tops 10. À trois reprises, elle a pris le second rang. 

Avec ses gains de 87 340 $, elle devance sa plus proche poursuivante d’environ 15 000 $. L’Américaine de 23 ans Lilia Vu mène loin devant en vertu de ses trois victoires en 2021 et de ses chèques totalisant 159 202 $. 

Toujours aussi puissante des tertres, la Québécoise a peaufiné son jeu sur les verts alors qu’elle figure parmi les meneuses avec sa moyenne de 29,55 roulés par ronde. Son score moyen de 70,29 coups la place également au second rang. 

Retour en force

Il y a fort longtemps que Leblanc ne s’était pas élancée avec autant d’aplomb. 

Dans une entrevue avec Le Journal de Montréal lors de l’Omnium canadien féminin présenté à Aurora en août 2019, elle avait raconté ses déboires avec le sport. 

Prise dans une spirale infernale après avoir raté la qualification du Q-School de la LPGA à l’automne 2018, elle avait pris la décision de prendre une pause quelques mois. 

Elle voulait faire le point sur sa carrière et placer sa vie personnelle. 

Un mariage et l’achat d’une demeure à Vero Beach, en Floride, l’avaient replacée sur les rails. 

Elle souhaitait alors revenir dans les allées et sur les verts en accordant une autre chance à sa passion. Elle avait alors travaillé tous les aspects de son jeu, mettant surtout l’emphase sur les verts. 

En raison des répercussions de la pandémie de la COVID-19 l’an dernier, elle n’avait participé qu’à cinq tournois. 

Avec tous les enjeux de retour cette saison, elle est revenue en force. 

En cognant à la porte de la LPGA, elle peut maintenant y faire une autre grande entrée.