/sports/opinion/columnists
Navigation

De retour au boulot

Camp Canadiens 2021-2022
Photo Martin Chevalier Les concessions et les kiosques de souvenirs du Canadien vont fonctionner à plein régime avec le retour des foules au Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

Quand le ministre de la Santé, Christian Dubé, a annoncé que le Centre Bell et le Centre Vidéotron pourront retrouver l’effervescence accompagnant les concerts rock ou encore les matchs de hockey, j’ai pensé aux étudiants, aux retraités, au personnel de soutien, aux serveurs dans les restaurants, à tous ceux qui ont perdu des revenus importants au cours des 18 derniers mois.

Le Centre Bell et le Centre Vidéotron, remplis à pleine capacité, sont des endroits recherchés et convoités où les amateurs vivent une expérience unique. Que ce soit un match de hockey, ou encore un concert ou un gala de boxe, on y retrouve une atmosphère invitant à se détacher des problèmes quotidiens.  

Pour les joueurs, il s’agit d’une merveilleuse nouvelle. La foule pousse les athlètes à puiser dans leurs ressources afin d’offrir des performances de haut niveau. Et, à l’approche de la nouvelle saison, les dirigeants du Canadien, par exemple, ne pouvaient souhaiter un plus beau scénario.

Des $$$ qui rentrent

Tout d’abord, on va faire fonctionner les tourniquets, et les caisses enregistreuses des concessions vont fonctionner à plein régime. On va retrouver des visages familiers, bref, on va s’amuser tout en souhaitant que le Tricolore accumule de bons résultats.

D’ici le premier match à domicile, prévu pour le 16 octobre avec la visite des Rangers de New York, le Canadien complétera son camp d’entraînement.

Prévoit-on des surprises ?

Je comprends Dominique Ducharme de se montrer très prudent. Pour l’instant, on ne prévoit guère de changements. Du moins à l’attaque, alors que tous les postes sont comblés. Par conséquent, les patineurs présentement en audition obtiennent de bonnes notes mais ce sera insuffisant pour modifier le plan de match.

Au niveau de la brigade défensive, il y a des interrogations. Kaiden Guhle, Chris Wideman et Sami Niku n’ont pas encore forcé la main aux décideurs, mais les matchs du week-end pourraient obliger Marc Bergevin et son groupe à pousser encore plus leur évaluation.

Va-t-on donner un sérieux essai à Niku ? Sûrement.

Wideman peut-il occuper un poste régulier ? L’expérience est un facteur à considérer.

Guhle pourrait-il amorcer la saison avec le Canadien avant de retrouver son équipe de Prince-Albert dans la Ligue de hockey junior de l’Ouest ? C’est une probabilité.

Comme dans tout camp d’entraînement, les entraîneurs veulent, le plus rapidement possible, passer à l’étape la plus importante, celle où pendant quelques jours, avec les effectifs retenus, on peaufinera le système de jeu.

Dominique Ducharme a un plan et il veut que les joueurs l’achètent et ensuite l’assimilent rapidement.

Dans une division aussi compétitive que la division Atlantique, un départ canon est souhaité. Lors du premier mois et demi de la saison, on n’obtient pas une qualification aux séries éliminatoires, sauf qu’on peut se placer dans une situation encourageante.  

Le baseball et Mario

Mario Dumont a fait un exposé fort intéressant sur la possibilité du retour du baseball majeur à Montréal. Mario est un ex-politicien et il a expliqué avec plusieurs arguments, ce qu’aucun membre de l’Assemblée nationale n’a osé faire – bien au contraire, on s’est plu à dénoncer une telle initiative –, les retombées que procurerait et pour la ville de Montréal et pour la province de Québec le retour du baseball majeur.

« Pourquoi le gouvernement ne s’impliquerait-il pas dans un secteur qui lui permettrait de réaliser des profits sur investissement ? »

« La thèse qu’on n’a pas à embarquer dans le sport professionnel alors qu’on a une crise du logement, qu’on a des ennuis avec le système de la santé, ça n’a rien à voir avec tout ça. »

S’il n’y a pas de baseball, il y aura toujours les problèmes que le gouvernement tente de résoudre depuis des lunes.  

« En autant que le gouvernement a des garanties que cette aventure rapportera des dividendes et que le secteur privé s’impliquera avec des investissements majeurs, pourquoi ne pas y voir une opportunité d’affaires ? »

Le premier ministre doit garder une oreille attentive... 

Une chance unique  

Si on résume, Andrei Deniskin écope d’une suspension de trois matchs et de 10 autres matchs. Également, on ajoute une amende de 1870 $ pour son geste à l’endroit de Jalen Smereck.

L’Ukrainien a posé un geste disgracieux et raciste à l’endroit de son rival. On s’attendait à ce qu’il écope d’une suspension très sévère mais ça ne semble pas le cas selon les membres du comité de discipline de la fédération de son pays.

À moins que Luc Tardif, nouveau président de la Fédération internationale de hockey sur glace, s’attarde sur ce dossier comme étant sa priorité, sinon on aura étudié ce dossier avec une lamentable indifférence.

Parce que, dans l’interprétation de la Fédération ukrainienne de hockey sur glace, si Deniskin paie l’amende de 1870 $, il n’aura pas à purger la suspension de 10 matchs. C’est du moins l’interprétation de plusieurs observateurs.

M. Tardif a cependant pleine autorité pour s’interposer, du moins, au niveau des matchs internationaux. Il doit aussi convaincre les décideurs de la Fédération ukrainienne qu’ils devraient revoir leur décision.

Le président de la FIHG a une occasion unique de s’imposer dès le début de son mandat et de réagir. Son organisme ne peut tolérer un tel geste.