/investigations/sptrades
Navigation

Construction résidentielle: Habitations Trigone perd toutes ses licences

Construction résidentielle: Habitations Trigone perd toutes ses licences
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Onde de choc dans le milieu de la construction résidentielle : une des plus grosses firmes au Québec, Habitations Trigone, vient de perdre toutes ses licences de la Régie du bâtiment du Québec.

La Régie (RBQ) évoque des manquements sérieux et à répétition depuis plusieurs années pour retirer à Habitations Trigone et ses firmes associées le droit d’opérer comme entrepreneur. 

Les firmes sont derrière des projets résidentiels qui totalisent 22 000 unités, surtout des condominiums et des maisons en rangée.

L’autorité réglementaire en matière de construction au Québec annule ainsi pas moins de 19 licences qui étaient détenues par des entreprises liées à Habitations Trigone. En outre, la Régie annonce son refus de délivrer une licence à quatre autres entreprises d’Habitations Trigone qui en avaient récemment fait la demande.

Nombreux manquements

« Lorsqu’un répondant et des dirigeants décident de ne pas payer des jugements, de faire des fausses déclarations, de ne pas collaborer adéquatement avec les autorités, de maintenir un état de confusion, de manquer de discernement à l’endroit de la sécurité du public, de tolérer des manquements à différents lois et règlements dont certains ont pour objet la sécurité des travailleurs et du public, d’offrir un service après-vente inadéquat et d’exécuter des travaux de mauvaise qualité suivis de contestations judiciaires interminables et d’exécuter des travaux sans licence, eux et leurs entreprises contournent une loi d’ordre public », écrit le régisseur Gilles Mignault dans sa décision datée du 30 septembre.

« Ces agissements ont pour conséquence qu’ils ne peuvent pas, ainsi que leurs entreprises, se mériter la confiance du public et, partant, celle de la Régie », poursuit la décision de 134 pages mise en ligne vendredi sur le site web de la RBQ.

Les firmes visées font partie d’un groupe d’entreprises fondées en 1991 par Patrice St-Pierre et Serge Rouillard.

Fausses déclarations

À partir de février 2020, Habitations Trigone avait fait l’objet de reportages de Radio-Canada, dans lesquels plusieurs manquements étaient évoqués.

La décision rendue ce jeudi par la RBQ fait état de clients qui ignoraient le nom du véritable constructeur de leur habitation, confus devant une toile d’araignée d’entreprises créées par le groupe.

Il est aussi question de centaines de déficiences et vices sur les chantiers, et de plusieurs fausses déclarations d’entreprises regroupées sous le chapeau d’Habitations Trigone.


Des audiences devant le Bureau des régisseurs s’étaient tenues pendant une quinzaine de jours en avril dernier.