/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Nos auteurs

Un duo de chardonnays pour les plats de courge

Un duo de chardonnays pour les plats de courge
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le premier vient de Bourgogne, le second du bout du monde, mais tous deux offrent une interprétation très sérieuse du cépage chardonnay.

  • Domaine Clos des Rocs, Pouilly-Loché 2018, France

**** $$$$ 1⁄2

53 $ - Code SAQ 14556229 – 13,5 % - <2 g/L

Le village de Loché est situé dans la partie sud du Mâconnais, juste à l’est de Pouilly-Fuissé. Le nom de la commune « Loché » peut ainsi être employé à la fois pour les vins de Mâcon et pour ceux de Pouilly. Olivier Giroux, originaire de Fuissé, produit les deux. Son Pouilly-Loché 2018 offre la générosité et la concentration propres au millésime; la texture grasse et onctueuse est soutenue par une excellente tenue de bouche, tandis que de délicats amers font contrepoids aux parfums généreux de pêche et de poire pochée. Un régal avec un pavé de flétan et du chou-fleur rôti... ou un risotto à la courge. À boire dès maintenant et jusqu’en 2027. 

  • Kumeu River, Estate Chardonnay 2019, Kumeu, Nouvelle-Zélande

*** 1⁄2 $$$ 1⁄2

41,25 $ - Code SAQ 10281184 – 14 % - 1,9 g/L

Le Master of Wine Michael Brajkovich est reconnu dans l’univers du vin pour ses études sur le rôle des levures indigènes dans les vinifications. L’une des conclusions de son étude menée conjointement avec l’Université d’Auckland était, en somme, que les levures présentes naturellement sur la peau des raisins jouaient un rôle déterminant dans la production de vins frais et complexes. Son Chardonnay « Estate » est habituellement le fruit d’un assemblage de six parcelles de vignes située dans différents secteurs du domaine familial de Kumeu, d’où sa constance exemplaire. Bien qu’il soit un peu plus riche et plein, le 2019 n’en est pas moins agréable à boire, surtout après quelques heures d’aération en carafe. La texture est vineuse, onctueuse et les arômes de fruits jaunes et de camomille sont intenses, mais portées par une minéralité sous-jacente qui élève la matière et tire les saveurs en finale. Déjà très bon, mais on pourra le boire sans se presser jusqu’en 2028.