/sports/opinion/columnists
Navigation

Bien habillé pour la saison de la pêche automnale

Campeau 2 octobre
Photo courtoisie Un bouclier thermique, comme cet ensemble Tournament Gill, est si performant que je l’ai même porté par la suite lors de plusieurs excursions de pêche blanche.

Coup d'oeil sur cet article

Les amateurs peuvent encore taquiner les poissons de plusieurs zones et profiter de magnifiques journées ensoleillées avant que l’hiver se pointe à l’horizon.

Les adeptes de doré, d’achigan à petite et à grande bouche, de maskinongé, etc., savent qu’au cours des prochaines semaines il sera possible de faire de nombreuses captures et surtout de déjouer de gros spécimens. Même la pêche à la mouchetée et à l’arc-en-ciel, chez certains pourvoyeurs, sera très productive en fonction des conditions.

Précautions

Avant même de penser à vous aventurer sur un plan d’eau, il est impératif de vérifier l’état général de votre embarcation, de votre motorisation, de la pompe de cale, etc. Vous devez aussi vous assurer d’avoir tous les équipements de sécurité prescrits à bord de votre bateau ou de votre chaloupe.

Souvenez-vous également que plus le thermomètre descendra, meilleure sera la pêche, mais moins bonnes seront vos chances de survivre longtemps si vous êtes immergé dans l’eau. Respectez minutieusement toutes les règles de navigation et ne soyez pas hasardeux.

Ça flotte

Il est important que vous portiez un vêtement de flottaison individuel (VFI) ou que vous ayez un gilet de sauvetage à portée de la main qui est conçu pour retourner le visage du porteur vers le haut et pour l’incliner sur le dos.

Un des modèles de VFI, qui est fort apprécié à ce temps de l’année, est celui d’une seule pièce qui ressemble aux anciens habits de motoneige. Complètement ajustable, il est, selon moi, le nec plus ultra de sa catégorie. Les manteaux et salopettes flottants sont aussi incroyablement performants. Le seul problème avec ces derniers, c’est quand il commence à faire plus chaud au cours de la journée et que l’usager les délaisse. 

Au chaud

À mesure qu’on perd des degrés, il faut penser à une tuque de qualité, un cache-col à l’épreuve du vent, des petits gants confortables qu’on enfile dans une mitaine épaisse, etc. Même le port d’une combinaison chauffante pourrait être de mise. Il faut de bons bas et des bottes d’hiver non lacées qu’on pourra facilement retirer en cas d’immersion.  

Autre option

Personnellement, j’aime bien opter pour la technique de l’oignon, qui me permet d’ajouter ou d’enlever des pelures au besoin et ainsi de tempérer mon corps tout au long de la journée en fonction de la météo.

En décembre dernier, lors d’une sortie avec Alexandre Lessard-Lebeau de la firme Canada Pro, j’ai eu la chance d’essayer la même gamme de vêtements que portent les gardes-côtes qui doivent souvent faire face à des conditions abominables. L’imperméable Tournament Jacket FG200J de Gill est construit avec un tissu XPlore à deux couches isolées avec des coutures entièrement scellées pour créer une barrière contre l’eau. Les fermetures éclair YKK aquaguard sont recouvertes d’un double pare-tempête. Les manches ont une double manchette réglable qui prévient toutes les infiltrations. La capuche Vortex demeure bien en place, même à haute vitesse. La coquille externe est faite à 100 % de nylon, et la doublure est en polyester. La salopette Tournament Bib FG200T, pour sa part, propose les mêmes avantages avec sa finition hydrofuge durable avec zippers recouverts d’un rabat double. Contrairement à des pantalons, cette dernière protège efficacement les bas du dos. On enfile une veste de sauvetage par-dessus et on peut endurer, par la suite, les pires conditions. 

Personne n’éprouve vraiment de plaisir quand il grelotte. Prenez les précautions nécessaires et amenez plus de vêtements, plutôt que de risquer d’en manquer...

Bonne pêche et, de grâce, soyez prudents !