/news/currentevents
Navigation

Écrasement mortel à Montréal: ce ne serait pas une erreur du pilote

La thèse du bris de moteur a été soulevée par les autorités pour expliquer l’écrasement à Montréal samedi

Coup d'oeil sur cet article

Un problème de moteur pourrait être à l’origine de l’écrasement d’avion mortel survenu samedi soir au parc de Dieppe, à Montréal, avance le Bureau de la sécurité des transports du Canada.

• À lire aussi: L'avion qui s'est écrasé était du modèle le plus répandu au monde

• À lire aussi: Qu’est-ce qui aurait pu causer l’écrasement mortel?

• À lire aussi: Un mort et un blessé après l'écrasement d'un avion près de l'île Sainte-Hélène

« Les premières indications, c’est que c’est peut-être un problème de moteur, mais il faut continuer à recueillir les informations pour bien [connaître] les circonstances », a fait savoir le porte-parole Chris Krepski.

Photo Agence QMI, Thierry Laforce

La météo ainsi que l’impact de la banderole seront également étudiés par les enquêteurs, qui ont quitté la scène de l’écrasement dimanche, après l’avoir passé au peigne fin.

Le petit appareil de type Cessna 172 qui tirait une banderole sur laquelle on lisait « Chantal will you marry me ? » a déjà connu des problèmes de moteur en 2006. 

La bannière qui portait un message de demande en mariage n’a pas été retrouvée.
Photo Agence QMI, Scoop, Houssem Zouaghi
La bannière qui portait un message de demande en mariage n’a pas été retrouvée.

À l’époque, son pilote Gian Piero Ciambella avait atterri d’urgence sur l’avenue du Parc, au cœur de la métropole. Le moteur s’était arrêté en plein vol, indique le rapport du BST sur l’incident.

Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Grâce à cette manœuvre, le trophée Robert-Piché avait été remis à Ciambella, président fondateur d’Aerogram, spécialisée en publicité aérienne. 

  • Écoutez l'entrevue André Turenne, enquêteur à la retraite du BST, au micro de Philippe-Vincent Foisy:

Appel de détresse

Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Avant de s’écraser violemment samedi, le pilote de 45 ans d’expérience a lancé un appel de détresse troublant.  

« Tower... Mayday », a-t-il dit dans l’enregistrement du vol obtenu par TVA Nouvelles.

Les relances de la tour de contrôle sont toutefois restées lettre morte.  

Gian Piero Ciambella a été gravement blessé, souffrant de plusieurs côtes fracturées, de lacérations et de saignement internes, selon ce qu’a rapporté son frère Gian Carlo au Journal.

  • Écoutez le tour des actualités de Philippe-Vincent Foisy et Carl Marchand sur QUB Radio:  

Le passager, dont l’identité était toujours inconnue dimanche, n’a pas survécu à l’écrasement.

Mais le conducteur expérimenté avait partiellement ou pas du tout le contrôle de son aéronef samedi soir. 

C’est du moins ce que laissent croire l’explosion et les flammes qui ont suivi le contact au sol.

« Son taux de descente devait être extrêmement élevé pour que l’avion prenne en feu. Donc, c’est un impact extrêmement violent », a indiqué Jean Lapointe, ancien pilote professionnel.

Les conditions météorologiques peuvent aussi avoir été un facteur, notamment la basse altitude des nuages.

« Ça lui a enlevé du temps de réaction pour faire planer son avion ou faire un atterrissage », a soulevé M. Lapointe.

– Avec Erika Aubin 

Son histoire   

  • 1974 : Construction aux États-Unis   
  • 1985 : Aerogram en fait l’acquisition   
  • 10 septembre 2006 : 15 minutes après le décollage, le moteur perd de la puissance, puis s’arrête en plein vol. Le pilote, qui transportait deux passagers, atterrit d’urgence sur l’avenue du Parc. L’avion est endommagé, mais personne n’est blessé.   
  • 2 octobre 2021 : Le Cessna s’écrase au parc de Dieppe. Le passager meurt sur le coup tandis que le pilote est grièvement blessé.