/lifestyle/columnists
Navigation

Julie Loranger: histoire d’une battante

Julie Loranger
Photo courtoisie Julie cet été.

Coup d'oeil sur cet article

Julie a eu une vie parsemée d’épreuves, tant physiques que psychologiques. Atteinte de maladies auto-immunes qui l’ont condamnée au fauteuil roulant pendant plusieurs années, elle a pris beaucoup de poids. Il y a 3 ans, alors qu’on lui conseillait la chirurgie bariatrique, elle a joué le tout pour le tout et a complètement changé ses habitudes de vie. Perdant ainsi 85 livres, Julie s’est même mise à remarcher... un pas à la fois ! Entrevue avec une femme d’une grande sensibilité, qui a fait preuve de résilience et surtout qui, chaque jour, relève le défi de prendre soin d’elle. 

Julie alors qu’elle était en fauteuil roulant.
Photo courtoisie
Julie alors qu’elle était en fauteuil roulant.

Julie, tu as eu plusieurs diagnostics de maladies, raconte-moi ton histoire. 

C’est lors d’un diagnostic de cancer de la glande thyroïde, il y a 11 ans, qu’on a découvert que je souffrais également de myasthénie grave, une maladie auto-immune qui entraîne une faiblesse musculaire. Deux mauvaises nouvelles pour la femme de 35 ans pleine de projets que j’étais. Dès lors, j’ai vécu une vraie dégringolade, la maladie s’est aggravée, je me suis retrouvée au centre de réadaptation Lucie Bruneau pendant un an. Je ne pouvais plus marcher et j’étais dépendante de ma chaise roulante.


Quel a été l’impact de cette maladie neuromusculaire sur tes habitudes de vie ?

Avec mon inactivité et le fait que je ne cuisinais plus, j’ai pris 150 livres. Je mangeais juste du resto : frites, pizza et chips faisaient partie de mon quotidien. [...] C’est avec l’aide d’une psychologue que j’ai compris que je souffrais d’hyperphagie boulimique. Je mangeais littéralement mes émotions. 


Tu affirmes aujourd’hui souffrir de compulsions alimentaires, quel a été l’élément déclencheur de ce trouble alimentaire ?

Mes crises de compulsions alimentaires ont débuté quand j’avais 8 ans. J’étais alors abusée sexuellement par un membre de ma famille. [...] Mon poids a fluctué beaucoup au fil des ans. En gagnant du poids, mon enveloppe corporelle me protégeait du regard des hommes. Aussi, je mangeais pour engourdir mes émotions. Je considère que la nourriture était pour moi la même chose que de la drogue pour un toxicomane.


Quel a été l’élément déclencheur de ton changement d’habitudes de vie ?

Mon hépatologue m’a diagnostiqué une cirrhose du foie non alcoolique, reliée à mon excès de poids important et à mes habitudes alimentaires. Il m’a alors suggéré la chirurgie bariatrique, car je devais perdre du poids rapidement. C’est alors que je lui ai demandé s’il me permettait d’essayer par moi-même. [...] Après 8 ans en chaise roulante, je me suis dit que je pouvais changer, sinon je m’en allais vers une mort prématurée. 


Concrètement, quel changement as-tu fait dans ton quotidien ?

[...] J’ai décidé d’essayer de marcher une minute par jour. Je voulais vraiment guérir. Je l’ai fait, puis j’ai allongé à 2 minutes et ensuite 5 minutes. Aujourd’hui, beau temps, mauvais temps, je marche 45 minutes par jour. Si j’utilise des bâtons d’aide à la marche, j’ai abandonné ma chaise roulante. Quel bonheur de constater les progrès ! Je suis aussi membre de Ma Zone Fit. Je suis passée de 390 livres à 305 livres. Côté alimentation, j’ai coupé le sucre, j’ai cessé la malbouffe, mes habitudes alimentaires reposent maintenant sur les conseils de nutritionnistes. Je mange beaucoup de légumes, des céréales entières. Et surtout, j’ai appris à dire ce que je ressens au lieu de refouler mes émotions et de manger. Les livres : Lundi, je me mets au régime et Cessez de manger vos émotions m’ont beaucoup aidée. 


Comment gères-tu tes rages aujourd’hui ?

D’abord, je me rappelle d’où je viens et je sais que je ne veux pas retourner en chaise roulante. J’ai appris à m’aimer, à me respecter et à me faire respecter. J’ai ma bonne amie Mireille, rencontrée à l’université, qui a toujours été là pour moi. C’est un support incroyable. Je sais que je peux compter sur elle. Ma psychologue et ma nutritionniste sont très aidantes aussi. J’ai encore perdu 13 livres cet été, malgré un moral à plat, je ne recule plus. 


Comment va ta santé aujourd’hui ?

Mon foie va beaucoup mieux, mon médecin est très content. J’avais développé beaucoup de maladies reliées à mon excès de poids (diabète, hypertension, cholestérol élevé), tout est presque normalisé maintenant. Par contre, j’ai eu un diagnostic de sclérodermie. La médication (hydroxychloroquine) m’aide à gérer mes symptômes. Globalement, je me sens beaucoup mieux aujourd’hui malgré la présence de deux maladies auto-immunes. Mon objectif est d’atteindre 250 livres et j’ai confiance que je vais l’atteindre. J’ai tout en mains pour atteindre mon objectif ! 


Pour découvrir les 10 trucs de Julie pour garder le cap sur ses objectifs, je vous invite à écouter mon entrevue avec elle, disponible sur mon site : www.isabellehuot.com/blogs/videos