/finance/business
Navigation

Manque de soutien de la Ville: un restaurateur bien connu quitte Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Un restaurateur présent dans le paysage du Vieux-Montréal depuis des décennies a choisi de quitter la métropole, faute d’aide de la Ville de Montréal.

• À lire aussi: Les employeurs sont créatifs pour recruter

• À lire aussi: Pas facile de diriger 7000 restaurants en pandémie

Si la pandémie a joué les trouble-fêtes, Éric Luksenberg impute plutôt sa décision d’installer un nouveau commerce à Brossard, sur la Rive-Sud de Montréal, au manque de soutien de la Ville. 

  • Écoutez l'entrevue d'Érik Luksenberg avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:  

«Depuis deux ans avec la pandémie, on a accumulé les problèmes qui ne se règlent pas avec la Ville, qui ne fait rien pour ses commerçants», a indiqué le propriétaire de Chez Éric et du Homard Fou.

M. Luksenberg soutient que sa décision d’installer son commerce sur la Rive-Sud a été facile. «Je vais avoir trois fois moins de frais, que ce soit de taxes d’affaires, de loyer. Et les gens savent que nous avons un grand parking», a-t-il ajouté.

L’entrepreneur natif de la France fait des affaires au Québec depuis 40 ans. Montréal, selon lui, a changé. «La Ville ne veut rien comprendre. Elle veut juste comprendre les gens qui prennent leur vélo. Ça et les travaux. On a quatre voies d’accès [pour le Vieux-Montréal] et trois sont fermées. Les gens qui ne connaissent pas [le coin] passent et ne viennent pas», s’est désolé Éric Luksenberg.

Ses clients réguliers, notamment ceux qui sont plus âgés, ont déserté son restaurant. «Ils m’ont dit: “On t’adore, Éric, mais on ne peut pas stationner. On a des tickets toutes les cinq minutes. On ne vient plus”», a-t-il soutenu.

Militant de la première heure pour la vaccination contre la COVID-19 autant chez ses employés que pour ses clients, et ce, avant même que Québec n’impose le passeport vaccinal, Éric Luksenberg a eu à composer avec les critiques des antivaccins et même avec du vandalisme dans son commerce.

«Des complotistes ont même mis des croix gammées sur mes menus [...] mis le feu à ma terrasse. On m’a dit: “Hey le Français! Retourne chez toi avec tes vaccins.” J’ai fait la guerre à tous les gens qui n’étaient pas vaccinés. On a choisi le bon camp», a-t-il dit.

«Je ne suis pas loin. Je suis juste de l’autre côté du pont», a conclu le restaurateur.

À VOIR AUSSI