/lifestyle/techno
Navigation

Quand Facebook tousse, le monde entier attrape le rhume

Une interruption jamais vue de Facebook a généré toute une commotion lundi sur internet

Coup d'oeil sur cet article

Facebook et sa famille d’applications, dont Instagram, Messenger et WhatsApp, ont subi une panne majeure de plus de six heures lundi, privant des milliards de personnes dans le monde de plateformes de communication qui sont ancrées dans leur quotidien.  

• À lire aussi: Tout un casse-tête pour les PME québécoises

• À lire aussi: Panne pour Facebook, Instagram et WhatsApp

• À lire aussi: Son modèle dénoncé, Facebook fait face à une nouvelle crise majeure

• À lire aussi: Facebook attribue la panne majeure de ses services à des «changements de configuration» dans les serveurs

  • Écoutez l'entrevue avec Steve Waterhouse, Spécialiste en cybersécurité sur QUB radio :    

« Ce site est inaccessible », « impossible de trouver l’adresse du serveur », affichait la page Facebook vers 11 h 40, lundi. Les applications ont progressivement commencé à reprendre du service peu après 17 h 30.

Le site Downdetector, un outil de référence qui suit les pannes des services numériques, a identifié celle du géant des réseaux sociaux comme « la plus importante qu’il ait jamais observée ».

D’abord par la durée inégalée de la panne, puis parce qu’il est très inhabituel qu’autant de services du géant des médias sociaux soient interrompus en simultané.

Rappelons que près de 3,5 milliards de personnes utilisent Facebook et ses applications pour le travail et les communications.

Les employés du géant californien ont également été privés lundi de courrier électronique, d’outils de communication interne et d’accès à certaines salles des bureaux de la compagnie.

Facebook n’avait toujours pas donné d’explication lundi soir sur l’origine de la panne.

Du sabotage ?

Steve Waterhouse.
Expert 
informatique
Photo courtoisie
Steve Waterhouse. Expert informatique

Le spécialiste en cybersécurité Steve Waterhouse fait partie des experts qui suggèrent que la panne pourrait avoir été provoquée par un sabotage à l’interne.

Facebook et d’autres sites affiliés ont disparu de l’internet, le genre de problème qui est normalement issu d’une commande manuelle, selon lui.

« Il faut qu’il y ait eu un opérateur qui, soit a fait une erreur, ou a créé malicieusement cette situation-là. Il n’est pas impossible que ce soit une mise à jour qui ait mal été, mais normalement, ce genre de situation n’est pas causé par un automatisme, mais bien une intervention humaine », a expliqué l’expert sur les ondes de LCN.

Surtout que cette panne survient à la veille du témoignage devant le Congrès américain d’une ancienne ingénieure-cheffe de produit de Facebook, Frances Haugen.

Elle a fait fuiter de nombreux documents internes et a accusé le groupe de « [choisir] le profit plutôt que la sûreté » de ses utilisateurs, dans un entretien diffusé par la chaîne américaine CBS dimanche.

« Est-ce que c’est une action en interne à la suite de la dénonciation au reportage de 60 minutes avec les déboires judiciaires qui pourraient en découler ? » s’est questionné Steve Waterhouse.

Frances Haugen sera interrogée aujourd’hui par les élus américains lors d’une audition consacrée à l’impact de Facebook et Instagram sur les enfants et les adolescents.

– Avec AFP et TVA Nouvelles