/news/currentevents
Navigation

Viol collectif avec du GHB: l’accusé risque 42 mois de détention

Viol collectif avec du GHB: l’accusé risque 42 mois de détention
PHOTO FOURNIE PAR LA POLICE DE GATINEAU

Coup d'oeil sur cet article

Un individu qui, avec un complice, a profité d’une femme qui avait préalablement été droguée au GHB, risque 42 mois derrière les barreaux pour son crime.

Dans la nuit du 29 juillet 2018, Michel Giroux et Hasan Demirovic, deux résidents de Gatineau respectivement âgés de la fin vingtaine et du début trentaine, emmènent deux femmes dans la vingtaine au domicile de Demirovic. L’une des deux femmes avait pris contact avec Giroux par l’entremise de la plateforme de rencontre Tinder, afin d’avoir une relation sexuelle.

Chez Demirovic, il y a consommation de boissons alcoolisées à base de vodka dans lesquelles du GHB aurait été ajouté. La femme qui accompagnait celle qui avait contacté Giroux via Tinder a dit ce soir-là à Demirovic: «Ce n’est pas parce que mon amie s’acoquine avec ton ami que quelque chose va se passer entre nous.» «Si tu me touches sans mon consentement, j’appelle la police.»

Pourtant, quelques instants plus tard, elle est dans un état de «black out» entrecoupé de moments de conscience où elle se revoit avoir une relation sexuelle sur le divan avec lui et ensuite avec Michel Giroux. C’est elle qui a porté plainte contre Demirovic. Durant le procès de ce dernier, elle a raconté qu’elle était choquée par la scène, qu’en temps normal elle n’aurait jamais eu de relations sexuelles de la sorte en présence de son amie juste à côté d’elle.

Lorsqu’elles reprennent leur esprit, les deux femmes sont dans un état d’urgence et quittent rapidement les lieux, peut-on lire dans la trame factuelle qui ressort du jugement de Demirovic – qui a été reconnu coupable d’agression sexuelle avec la participation d’une autre personne, au terme d’un procès en juin dernier. Même si la preuve n'a pas été établie hors de tout doute raisonnable que ce sont Giroux et Demirovic qui ont drogué les femmes, tant la Couronne que la défense s'entendent pour dire qu'au moment des événements, elles étaient toutes deux sous l'influence du GHB.

Giroux, de son côté, a plaidé coupable pour des faits similaires et purge actuellement une peine de 36 mois de pénitencier.

Aucune considération pour la victime

Lors des représentations sur la peine au palais de justice de Gatineau, lundi, la procureure de la Couronne, Me Christine Lambert, a affirmé que lorsqu’on «intoxique une femme pour qu’elle ne puisse pas résister et qu’on puisse assouvir nos pulsions sexuelles, on ne démontre aucune considération pour la personne».

La Couronne réclame une sentence de 36 à 42 mois de détention pour Demirovic.

Du côté de la défense, Me Marino Mendo réclame une peine de 90 jours assortie de 180 heures de travaux communautaires et d’un don de 5000$ à un organisme de charité. L’avocat rejette le parallèle fait par la Couronne entre la peine infligée à Michel Giroux et celle que devrait subir son client.

«M. Giroux c’est un autre ball game. [...] Je pense même que lors de l’enquête sous caution, le juge lui a dit: “Monsieur, dans le petit livre en question il y en a 185 [des victimes]”», a déclaré l’avocat de Demirovic. M. Giroux tenait apparemment un registre de ses victimes: «Sa “hit list”», peut-on lire dans le jugement.

Hasan Demirovic sera fixé sur son sort le 16 novembre prochain, date à laquelle la décision sur la peine sera rendue.

À VOIR AUSSI... 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.