/sports/opinion/columnists
Navigation

Le nouveau rôle de Gallagher

SÉRIES : Golden Knights vs Canadiens
Photo d'archives, Martin Chevalier Brendan Gallagher n’a jamais ménagé les efforts, mais ses responsabilités pourraient changer cette saison.

Coup d'oeil sur cet article

Avec qui jouera Brendan Gallagher ? Ne devrait-on pas s’interroger sur son nouveau rôle ? Comment se comportera-t-il avec de nouveaux compagnons et avec de nouvelles responsabilités ?

Après tout, Gallagher a déjà marqué plus de 30 buts par saison. Il est un joueur qui puise dans ses ressources à chacune de ses présences, un patineur exerçant un impact important au sein de sa formation.  

À l’approche de la prochaine saison, Gallagher ne retrouvera pas Phillip Danault ni Tomas Tatar...

Oups.

Mais le style ne changera pas. Il montrera toujours cette fougue et cette détermination qui lui ont permis d’obtenir un contrat de six ans. Marc Bergevin a tenu, en lui garantissant la coquette somme de 39 M$, à récompenser tout ce qu’il a accompli pour l’organisation.

Cela lui confère-t-il un statut particulier ? Sans doute.

Sauf que les entraîneurs ne s’attardent pas aux signes de piastres des patineurs quand vient le moment de préparer leur stratégie. Ils ont un plan. Dominique Ducharme en parle souvent. 

« Nous avons un plan. » 

Donc, cela implique des modifications dans l’utilisation des effectifs.

Adieu, le premier trio

Au cours des dernières saisons, Gallagher a occupé un poste stratégique au sein de la première ligne d’attaque. Mais les résultats n’ont pas toujours répondu aux attentes. Lors des deux derniers printemps, durant lesquels le CH a obtenu des laissez-passer pour les séries en profitant du système modifié de la ligue, Gallagher a dû s’ajuster à l’arrivée de nouveaux coéquipiers.  

Il y a deux ans, Kirk Muller avait limité son temps de jeu. Le printemps dernier, ses responsabilités ont été modifiées sous Ducharme.

Samedi soir, il a disputé comme la plupart du temps un match intense. Avec Tyler Toffoli et Nick Suzuki, il s’est démarqué. Devrait-on lui confier ce poste ?

Mais que ferait-on de Cole Caufield ? Le joueur qu’on identifie comme celui qui dominera la colonne des buts chez le Canadien au cours des prochaines années ?

Et considérant que Jonathan Drouin, Christian Dvorak et Josh Anderson ont démontré une belle complicité depuis le début du camp, il reste un poste sur le trio de Jake Evans.

Or, Caufield appartient au top 6... et hier à l’entraînement, il avait retrouvé sa place avec Suzuki et Toffoli.

Ducharme le sait

Ducharme a déjà bien analysé la situation. Il a déterminé quelles seront les responsabilités qu’il entend attribuer à chacun de ses joueurs.

Il a une idée bien arrêtée des trios qu’il opposera aux Maple Leafs de Toronto dans huit jours... à moins que les blessures ne viennent contrecarrer ses plans. 

Gallagher ne représente pas un souci pour l’entraîneur. Il le dit clairement : « C’est un joueur qui, soir après soir, déploie un effort constant. Sa priorité, c’est l’équipe. »

Évidemment, chaque athlète a son ego.

Quand on marque près de 30 buts par saison, comme c’est le cas de Gallagher, c’est évident qu’un entraîneur peut égratigner son ego en prenant des décisions amenuisant du même coup ses responsabilités.

Avantage numérique

On n’a qu’à songer à l’attaque à cinq du Canadien. Toffoli, Suzuki, Caufield, Dvorak, Drouin (s’il connaît un bon début de saison), Anderson, Mike Hoffman (lorsqu’il sera en mesure de revenir au jeu), Joel Armia (à l’occasion) : il n’y a pas trop d’espace pour Gallagher.

Mais Ducharme sait comment composer avec la situation. Rappelez-vous qu’en retirant Tatar de la formation, il a été dans l’obligation de jongler avec ses trios. Très souvent, Gallagher s’est retrouvé dans un rôle différent. Il a répondu comme il le fait toujours : avec détermination. Mais sa production offensive l’a contraint à laisser sa place à des joueurs plus menaçants.

Peut-on présumer que Evans sera son joueur de centre ? Hier, il était à ses côtés à l’entraînement, un trio complété par Joel Armia.

Si Gallagher occupe un poste au sein de la troisième ligne d’attaque, cela signifie que le Canadien sera une meilleure formation. 

De graves accusations  

Robin Lehner accuse Alain Vigneault de « traiter » les joueurs comme des robots et non comme des êtres humains.

Ses propos appuient sa déclaration-choc quand il affirme que l’entraîneur des Flyers de Philadelphie propose des médicaments pour aider les joueurs à combattre l’anxiété et aussi l’insomnie.

Puis hier, il a clarifié la situation.

« Je n’accuse pas Alain Vigneault d’avoir fourni des médicaments aux joueurs. J’ai voulu attirer l’attention sur la façon dont Vigneault se comporte avec les joueurs, c’est inacceptable. »

Même si Lehner reconnaît qu’il n’accuse pas Vigneault d’avoir fourni des médicaments à des joueurs, il reste que les bonzes de la ligue n’ont pas aimé. D’ailleurs, Gary Bettman a dit, hier, qu’il y avait d’autres façons de faire passer des messages aux dirigeants de la ligue.

Maintenant, Bettman et sa garde rapprochée veulent des explications. 

Ils veulent des preuves.

La LNH veut savoir et elle doit savoir.

Montembeault ?

Carey Price n’est pas certain d’être à Toronto pour le début de la saison, le 13 octobre. L’entraîneur entretient de sérieux doutes. Et on comprend encore mieux la décision de réclamer Samuel Montembeault, des Panthers de la Floride. 

Il pourrait d’ailleurs être l’auxiliaire de Jake Allen pour le premier match de la saison et, qui sait, il pourrait se retrouver devant le filet le lendemain, pour le match contre les Sabres à Buffalo.

Quant à Cayden Primeau, on veut qu’il garde le plus grand nombre de matchs avec le Rocket de Laval. Un rôle de gardien auxiliaire avec le Canadien n’est pas nécessairement la meilleure solution pour aider un gardien à progresser.