/finance/business
Navigation

Les clients d'Habitations Trigone inquiets

L’entreprise a perdu ses licences de construction sans avoir terminé ses projets

Habitations Trigone
Photo Julien Mcevoy À Brossard, hier, le chantier d’Habitations Trigone dans l’écoquartier de la gare était à l’arrêt. Au bureau des ventes, par contre, c’était un lundi comme les autres.

Coup d'oeil sur cet article

Si la Régie du bâtiment du Québec a annulé le 30 septembre les 19 licences d’Habitations Trigone, un des plus importants bâtisseurs d’édifices du Québec, elle n’a aucune idée du nombre de gens touchés. D’autres organismes se veulent plus rassurants. 

• À lire aussi: Le Fonds FTQ profite de sa relation avec Habitations Trigone

« Notre personnel travaille à recenser l’ensemble des contrats et à procéder à un inventaire des travaux en cours », indique son porte-parole, Sylvain Lamothe. 

Habitations Trigone est responsable de la construction de 22 000 logis au Québec, à un rythme de 2000 par année depuis 11 ans. On peut donc estimer que 2000 acheteurs de condos, en plus des sous-traitants qui étaient en train de les bâtir, se retrouvent sans option pour l’instant. 

Car sans licence, tous les chantiers d’Habitation Trigone sont à l’arrêt depuis vendredi dernier.  

Ce qui pousse l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) à proposer « la moins pire des solutions ».

« On devrait accorder un sursis pour que les sous-traitants puissent finir les jobs », pense François Bernier, vice-président aux affaires publiques de l’association. 

Il est évident qu’Habitations Trigone entend se défendre, ajoute-t-il, ce qui devrait être assez long. « C’est une question de quelques mois pour qu’ils soient entendus », dit-il. 

Que faire des plombiers, électriciens, manœuvres, sans parler des clients qui attendent leurs condos neufs, pendant ce temps ? 

« Soyez assuré que nous comprenons à quel point les clients de ces nombreuses entreprises peuvent être préoccupés à l’heure actuelle », répond la Régie du bâtiment. 

Toujours en activité

Le Journal s’est rendu sur les terrains d’Habitations Trigone à Brossard, hier, dans l’écoquartier de la gare, tout près du DIX-30. Si le chantier était à l’arrêt, c’était tout le contraire au bureau des ventes. 

L’employé qui nous a accueillis était plus que disposé à nous offrir des informations sur le projet. 

« On ne peut rien vendre pour 30 jours », a-t-il toutefois précisé. 

De nombreux clients se sont pointés avant Le Journal afin de résilier leur contrat, a-t-il aussi dit. 

Des recours ? 

Même ceux qui habitent déjà dans leur condo bâti par Trigone sont inquiets, selon Garantie de construction résidentielle (GCR), l’OBNL qui administre le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs.

« On a reçu plein d’appels de gens qui veulent savoir s’ils sont toujours protégés. La réponse est oui, ça ne change rien », dit François-William Simard, porte-parole de GCR. 

L’OBNL garantit actuellement 1109 condos bâtis par Trigone. Elle se bat aussi pour en garantir 242 supplémentaires, car « on considère que ces unités devraient être enregistrées chez nous ». 

Surtout, GCR a un message pour tous les Québécois. 

« Trigone n’a pas d’accréditation active présentement. Ne donnez aucun acompte à cette entreprise, pas 5000 $, pas 10 000 $, pas 15 000 $, rien, car on ne pourra rien faire pour vous », dit le porte-parole.

À VOIR AUSSI...