/misc
Navigation

M. Legault: reconnaître un problème, c’est la moitié de la solution

M. Legault: reconnaître un problème, c’est la moitié de la solution
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Pour un bon «leader», reconnaître une erreur, ce n’est pas une faiblesse, mais bien une force! À la suite du rapport public du coroner qui a été déposé aujourd’hui dans l’affaire Joyce Echaquan, il est temps d’admettre qu’il y a un problème. Un rapport qui édicte que l’une des causes de la mort de Joyce Echaquan est le racisme et qui fait de sa première recommandation qu’il faut reconnaître le racisme systémique au Québec ne doit pas être ignoré.

Reconnaître le racisme systémique ne vient pas nécessairement dire que les Québécois sont racistes. C’est une erreur de penser comme ça! Ceci étant, refuser de reconnaître le racisme systémique parce que le dictionnaire le définit mal, c’est une erreur. C’est plus complexe qu’une simple définition, mais c’est bien réel.

C’est quoi exactement, le racisme systémique?

Il est difficile de définir exactement la notion du «racisme systémique», mais le concept et son effet sont simples à saisir. Le racisme systémique, selon moi, est une manière de dire que les systèmes, que ce soit administratif, hospitalier, judiciaire, etc., permettent dans différentes situations à des intervenants de réfléchir ou de prendre des décisions empreintes de certains préjugés, conscients ou inconscients, qui amènent à prendre des actions erronées vis-à-vis des personnes de race ou de culture différente, ce qui mène a une discrimination. En résumé, on traite différemment des personnes sur la base de la couleur de leur peau, de leur origine ethnique ou de leur croyance religieuse.

Pourquoi c’est si important de le reconnaître?

La résolution de problème commence toujours de la même manière. La première étape consiste à identifier le problème et le reconnaître. Si on ne le reconnaît pas, on ne peut mettre en place des mesures et des façons de faire pour trouver des solutions efficaces pour le vaincre. Reconnaître une forme de racisme systémique n’est certainement pas un échec pour le Québec ou le gouvernement en place, mais bien une manière de régler le problème.

Le seul baume qu’on peut retrouver dans un drame

Notre société évolue à chaque instant. Dans tous les domaines. À cet égard, certaines situations qui étaient acceptées dans le passé ne le sont plus aujourd’hui parce qu’on a évolué vers le mieux en apprenant de nos erreurs. Malheureusement, pour évoluer, ça prend un drame. Le cas de Joyce Echaquan est un réel drame qui a été mis au grand jour par une vidéo. À la suite de cette mort dramatique, dont l’enquête publique du coroner nous apprend aujourd’hui qu’elle est en grande partie survenue à cause de préjugés que des gens ont, eux, dans notre système, il est temps de réagir pour que ça change, pour évoluer, pour éviter d’autres drames!

Monsieur Legault, constatez qu’il y a un problème en reconnaissant le racisme systémique. Cela nous permettra en tant que société de mettre en place des mesures pour régler le problème.