/finance/opinion/columnists
Navigation

La Caisse perd 1,5 milliard dans Alstom

La Caisse perd 1,5 milliard dans Alstom
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

On n’est pas chanceux avec le démantèlement de Bombardier !

Après avoir vu le gouvernement du Québec perdre 1,3 milliard $ avec son investissement dans le sauvetage de la C Series, lequel avion est aujourd’hui propriété d’Airbus, voilà que la Caisse de dépôt voit son placement dans la multinationale Alstom fondre de 1,5 milliard $ en huit mois.

L’intégration, dans le giron d’Alstom, de Bombardier Transport, dont la Caisse détenait environ le tiers des parts, s’avère plus difficile que prévu. Cela explique pourquoi le titre d’Alstom en arrache énormément en Bourse.

Lorsque la Caisse est devenue officiellement l’actionnaire principal de la multinationale Alstom, le 29 janvier 2021, la valeur de son bloc d’actions s’élevait à 4,5 milliards $ (2,9 milliards d’euros). Aujourd’hui, il vaut à peine 2,96 milliards $ (2 milliards d’euros).

La perte sur papier de 1,5 milliard de dollars de cet immense placement de la Caisse dans Alstom est attribuable à deux facteurs. Un, le titre d’Alstom a chuté de 30 % en huit mois, passant de 44,86 euros à 31,18 euros. Deux, la valeur de l’euro par rapport au dollar canadien a baissé de 6 % depuis la fin janvier.

La Caisse détient un bloc de 64,9 millions d’actions d’Alstom, soit 17,4 % des actions en circulation.

Il ne faut pas pour autant lancer la serviette. Sur les 18 analystes qui suivent le titre d’Alstom, 10 restent optimistes et en recommandent l’achat. Tant mieux pour la Caisse.

RETOUR EN ARRIÈRE

C’est en novembre 2015, alors que Bombardier risquait la faillite, que la Caisse investissait 2 milliards $ (1,5 milliard $ US) dans Bombardier Transport. En retour de cette injection de capital, la Caisse mettait la main sur 30 % de la filiale de Bombardier.

Et lorsqu’en février 2020 Bombardier annonçait avoir vendu sa filiale Bombardier Transport à sa grande rivale Alstom, la Caisse, elle, annonçait qu’elle allait « rouler » dans Alstom la valeur de son investissement dans Bombardier Transport.

À l’époque, le placement de la Caisse dans Bombardier Transport (initialement 2 milliards $) avait pris de la valeur : il atteignait les 3 milliards $.

De plus, la Caisse annonçait en février 2020 qu’elle allait effectuer un investissement additionnel de 700 millions d’euros (1 milliard $ canadien) dans Alstom en vue d’acquérir un bloc d’actions additionnel de la multinationale française.

LA MEILLEURE SOLUTION ?

Contrairement au gouvernement du Québec qui a vu son investissement dans la C Series de 1,3 milliard $ fondre, la Caisse, elle, a vu le sien dans Bombardier Transport augmenter d’environ 45 %. 

Mais depuis son roulement dans Alstom, en janvier dernier, cet investissement a perdu toute sa plus-value.

Cela signifie que la Caisse n’a finalement pas fait une cenne de profit jusqu’à présent avec son investissement dans Bombardier Transport.

Mais la Caisse est devenue le principal actionnaire d’Alstom, laquelle multinationale avait obtenu le fameux contrat des trains indiens qui vont rouler sur son REM.

Un contrat que la Caisse a octroyé à Alstom au détriment des employés de Bombardier Transport à La Pocatière. Un vrai scandale !