/news/society
Navigation

Des résidents de Sherbrooke mécontents de la présence d’itinérants

Coup d'oeil sur cet article

Le phénomène de l'itinérance prend de l'ampleur à Sherbrooke.

Des sans-abri dorment depuis quelques mois sous le petit toit d'un lave-auto désaffecté au coin des rues du Conseil et Saint-François Sud.

À voir les détritus sur place – chaises brisées, vieilles couvertures, éclats de bouteilles de bière et même seringues souillées –, on comprend qu'ils sont plusieurs à avoir adopté l’endroit situé à deux pas de la rivière Saint-François.

Des résidents du secteur, inquiétés par leur présence, ont dénoncé la situation auprès des autorités municipales.

Une dame a appelé les policiers pour qu'ils interviennent après que des itinérants eurent érigé une tente sur place.

Le maire sortant, Steve Lussier, se défend que la Ville ne soit pas intervenue plus tôt, bien que connaissant le manque criant de lits d'hébergement à l'Accueil Poirier du Partage Saint-François.

M. Lussier annonçait vouloir, s'il est réélu, prendre des mesures pour forcer les propriétaires de bâtiments désaffectés à les convertir. À défaut de quoi, a-t-il dit, ils devront être démolis.

De plus en plus d'itinérants squattent ces immeubles délabrés.

Plus de 400 personnes vivent en situation d'itinérance à Sherbrooke.

Par choix ou non, ces personnes dorment souvent dans des stationnements souterrains, sous des viaducs ou encore dans des tunnels de la piste cyclable.