/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le sourire de Nadia

Le sourire de Nadia

Coup d'oeil sur cet article

Nadia vivait ses derniers jours à l’unité des soins palliatifs du CUSM, à Montréal, où elle était entrée le 22 août dernier. La Dre Nadia Chaudhri était une neuroscientifique diplômée de l’Université Concordia. Sa spécialité portait sur l’étude du cerveau et le fonctionnement du système nerveux, jusqu’à ce qu’un diagnostic de cancer des ovaires bouleverse sa vie à 43 ans.

Les plus récents traitements n’ayant eu aucune prise, son cancer fut déclaré incurable.

Son compte twitter, @DrNadiaChaudhri, était suivi au quotidien par plus de 137 000 abonnés, dont j’étais.

J’ai «fait connaissance» avec cette Montréalaise d’adoption au printemps dernier.

Comme ses nombreux abonnés de partout dans le monde, en suivant son parcours, j’ai appris sur ce cancer difficile à détecter, contre lequel elle nous mettait en garde en nous enjoignant d'être attentives à notre corps. Les réseaux sociaux ont parfois du bon.

Celle que nous appelions Dre Chaudhri, ou simplement Nadia, faisait partager ses joies, ses peines, ses angoisses, ses deuils, ses jolis dessins aux couleurs vives, ses photos d’enfance et d’adolescence à Karachi, au Pakistan. Elle nous a présenté son fils qui vient d’entrer à l’école, son adorable mari, ses parents, ses amies.

Et toujours Nadia souriait. Sur toutes les vidéos et les photos qu’elle nous faisait partager, Nadia souriait. Jamais de plainte, encore moins d’apitoiement, simplement un regard doux et bienveillant, des paroles sans détour ni mélodrame, savourant chaque petit bonheur, comme les mangues qu’elle adorait.

Tout récemment, elle arpentait souriante le couloir de son unité de soins. Jusqu’à ce qu’elle doive se tenir à son appareil à perfusion pour faire quelques pas. Puis, fin septembre, Nadia fut alitée et sous morphine aux quatre heures.

Il y a une dizaine de jours, de son lit d’hôpital et aux côtés de sa meilleure amie, Nadia célébrait encore la vie. Nous avons bien vu que son corps commençait à épuiser ses réserves d’énergie, mais rien ne semblait pouvoir venir à bout de ce doux sourire bienveillant.

Le sourire de la professeure Nadia Chaudhri était à lui seul une leçon de courage et de vie dont nous lui serons reconnaissants à jamais.

L’Université Concordia vient de nous annoncer la triste nouvelle de son décès.

RIP, professeure Nadia Chaudhri, 1978-2021.