/entertainment/comedy
Navigation

Mariana Mazza expose ses toiles

L’humoriste s'est lancée dans le style pop art éclaté

ART-BON COP, BAD COP
Photo d’archives, Julien Fugère Mariana Mazza

Coup d'oeil sur cet article

Artiste touche-à-tout, Mariana Mazza dévoile un nouveau talent avec sa première exposition d’art visuel, Queso Y Papa. En novembre, l’humoriste présentera 39 de ses toiles, qu’elle a conçues au fil de la pandémie. «Je n’ai pas de prétention derrière cette exposition-là, dit-elle. Mais je pense que le monde va trouver ça cool.»

• À lire aussi: Ma vie en films - Mariana Mazza: «un legs artistique très clair» au cinéma

• À lire aussi: La pandémie, un temps d'arrêt salutaire pour la santé mentale de Mariana Mazza

• À lire aussi: Mariana Mazza remporte son pari

À l’adolescence, Mariana Mazza avait développé une passion pour la peinture. «Ma mère m’avait acheté un chevalet et je faisais beaucoup de peinture, raconte-t-elle au Journal. Il y a un an, avec la pandémie, j’ai recommencé officiellement. Je me suis monté un studio dans mon sous-sol et j’ai fait ça à temps plein.» 

Mariana Mazza a fait des toiles sur des icônes qu’elle admire, dont Madonna.
Photo courtoisie, Mariana Mazza
Mariana Mazza a fait des toiles sur des icônes qu’elle admire, dont Madonna.

C’est sur le plateau de l’émission La Tour que l’humoriste a eu un coup de cœur pour le style pop art. «Il y avait une toile de Gerry Boulet et j’ai demandé qui avait fait ça. Ils m’ont dit que c’était Tina Cartier et je l’ai contactée.»

Tina Cartier s’est rendue chez l’humoriste et lui a montré comment elle procédait pour ses toiles. «Finalement, c’est complètement différent de ce que je fais, car elle utilise des néons. Mais j’aimais beaucoup ça», dit Mariana.

En octobre 2020, Mariana a commencé à s’équiper et à travailler sur une première toile, avec comme sujet le défunt rappeur The Notorious B.I.G. «J’ai vu le résultat. J’ai capoté et j’ai aménagé mon sous-sol», dit-elle.

Au lieu de partir de toiles blanches, Mariana Mazza a voulu travailler avec des photos d’icônes qu’elle admire, comme Madonna, Robin Williams, Dolly Parton et Jim Carrey. «J’ai pris des personnages universels et intemporels. [...] Je ne suis pas le genre à peindre des paysages. Ce que j’aime, c’est de prendre une photo existante et de mettre mon univers dedans.» 

«J’ai vraiment aimé ça. Je voyais que c’était méditatif. Ça me faisait du bien. Je faisais autre chose qu’écrire de l’humour et essayer de me demander comment j’allais me renouveler. Toute l’espèce de stress qui venait avec ça n’existait plus au moment où je faisais mes toiles.»

Roger Federer
Photo courtoisie, Mariana Mazza
Roger Federer

Œuvres accessibles

Quand elle a su que son ami de longue date, Olicorno, avait ouvert sa galerie dans le Vieux-Montréal, Mariana l’a contacté pour lui demander si elle pouvait exposer chez lui. «Sans même réfléchir, il a dit oui, mentionne-t-elle. Il est venu chez moi et il a sélectionné les toiles les plus achevées, les plus belles et les plus vendables. On a fait ça en équipe. Il m’a montré comment monter le site internet et comment faire des certificats d’authentification. C’est vraiment le fruit d’un an de travail à temps plein.» 

Les toiles de Mariana Mazza seront toutes en vente au début de novembre. Le coût des oeuvres originales commencera à 500$ et variera selon la taille des toiles. L’humoriste vendra aussi des imprimés sur toile de certaines oeuvres, en version limitée de 100 exemplaires et au coût de 225$. 

«J’ai voulu rendre ça vraiment accessible, dit-elle. Je me suis informée auprès de peintres pour savoir comment ça fonctionne avec les prix. Je ne voulais pas arriver en disant: "Je m’appelle Mariana Mazza et j’ai des toiles super chères." [...] J’ai investi beaucoup d’argent – plusieurs milliers de dollars – dans l’encadrement. Je voulais que les toiles soient déjà prêtes à être accrochées chez quelqu’un.» 

Dolly Parton
Photo courtoisie, Mariana Mazza
Dolly Parton

Éléments 3D

Il y a très peu d’artistes québécois dans cette première exposition. «J’ai Céline Dion et Michèle Richard jeune, dit Mariana. J’ai aussi Jean Leloup, mais je ne pense pas que je vais l’exposer. Même chose avec René Lévesque. Quand j’ai commencé ça, je ne me suis pas demandé si j’allais avoir des Québécois, des francophones, des hommes, des femmes. Je suis vraiment allée avec les photos les plus intéressantes à travailler. Mais peut-être que l’an prochain, je ferai une expo 100% québécoise!»

Passant d’une technique à l’autre, Mariana s’est amusée notamment avec de l’époxy, du pastel, de l’aquarelle. «Je dirais que ma marque de commerce, ce sont les éléments 3D que j’ai ajoutés, dit-elle. Dans la toile, il y a toujours des petits éléments qui ressortent.» 

Frida Kahlo
Photo courtoisie, Mariana Mazza
Frida Kahlo

Qu’aime-t-elle du style pop art éclaté? «Je pense que ça fait de belles décorations, répond Mariana. C’est le genre de choses que j’accrocherais chez moi. Je crois que ce sont des toiles que bien des gens vont vouloir dans leur maison. Ce sont des personnalités marquantes.»

Mariana Mazza a décidé d’appeler son exposition Queso Y Papa («Fromage et patate»), car elle n’avait pas envie d’un titre plate du genre Les visages de ma vie, dit-elle. «Je trouvais ça juste drôle et un pied de nez à une industrie qui n’est pas toujours accessible et qui veut se prendre au sérieux, dit-elle. En plus, le fromage et les patates, c’est pas mal la bouffe que j’ai mangée pendant la pandémie! [rires]. Je trouvais ça juste drôle. J’ai essayé un peu de mettre mon humour là-dedans.» 

L’exposition Queso Y Papa, de Mariana Mazza, sera présentée au public à la Galerie Institut National Art Contemporain, dans le Vieux-Montréal, du 3 au 6 novembre.



À voir aussi...