/news/politics
Navigation

Vacances à Tofino: Trudeau s'excuse

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Trudeau s’excuse d’avoir séjourné à la plage à Tofino lors de la toute première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation avec les peuples autochtones, la semaine dernière. 

• À lire aussi: Congé sans solde pour les fonctionnaires non-vaccinés, annonce Ottawa

«C’était une erreur de choisir de voyager ce jour-là, le 30 septembre, et je le regrette», a déclaré Justin Trudeau en conférence de presse aujourd’hui.

Il a refusé de dire ce qui avait motivé sa décision de voyager précisément cette journée pour aller passer quelques jours de vacances en famille dans une villa de luxe actuellement en vente pour 18,7 M$.

La résidence que le premier ministre Justin Trudeau et sa famille ont occupée à Tofino en Colombie-Britannique offre un environnement exceptionnel. 
Courtoisie Sotheby's International
Photo tirée du site de Sotherby's International
La résidence que le premier ministre Justin Trudeau et sa famille ont occupée à Tofino en Colombie-Britannique offre un environnement exceptionnel. 
Courtoisie Sotheby's International

M.Trudeau a souligné que cette journée était «un moment important pour nous permettre à tous – Autochtones et non Autochtones – de nous recueillir et de nous souvenir».

Il a de nouveau dit qu’il rendrait visite «très bientôt» à la nation Tk’emlups te secwépemc, en Colombie-Britannique, où plus de 200 sépultures anonymes d’enfants ont été retrouvées au printemps près du pensionnat autochtone de Kamloops.

Le premier ministre a été invité deux fois à marquer la journée du 30 septembre en compagnie de survivants de Kamloops, mais ces invitations sont restées lettre morte.  

  • Écoutez la rencontre Foisy-Robitaille avec Philippe-Vincent Foisy, Antoine Robitaille et Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Excuses creuses

Devant la colère suscitée par son escapade balnéaire à une heure d’avion de cette institution tristement célèbre, Justin Trudeau s’est excusé en privé auprès de la cheffe des Tk’emlups te secwépemc, Rosanne Casimir, samedi. 

Mais la cheffe nationale de l'Assemblée des Premières Nations, RoseAnne Archibald, a répliqué que

«les excuses creuses ne seront plus acceptées». «Je m’attends à des mesures concrètes et à des changements de comportement», a-t-elle grondé.

«Je veux arranger les choses, a assuré M.Trudeau. Je m’engage à en faire plus pour la réconciliation.»

  • Écoutez la rencontre des analystes politiques Elsie Lefebvre et Marc-André Leclerc au micro de Geneviève Pettersen

 

À VOIR AUSSI...