/news/society
Navigation

Deux jours de grève dans des services de garde

CPE éducatrice
Photo iStock

Coup d'oeil sur cet article

Neuf services de garde du Québec seront en grève les 18 et 19 octobre prochains, à moins d’une entente avec la partie patronale, a annoncé jeudi le Syndicat québécois des employées et employés de service, affilié à la FTQ. 

• À lire aussi: Plus de maternelles 4 ans que prévu: les directions d’école réclament un coup de frein

Il s’agit des deux premiers jours d’un mandat de 10 journées de grève qui a été voté par les unités locales. Les jours de grève seront exercés au moment jugé opportun, à moins qu’une entente de principe soit conclue avec la partie patronale, a rappelé le syndicat.

Le salaire d’entrée des éducatrices, qui s’élève à 19$, est jugé nettement insatisfaisant, considérant les trois années d’études collégiales qu’elles doivent réussir. Selon le syndicat, il s’agirait de la deuxième formation collégiale la moins payée.

«Nos éducatrices méritent mieux, nos cuisinières méritent mieux, tout le monde dans les services de garde mérite de vivre décemment», s’est exclamée Sylvie Nelson, présidente du SQEES-FTQ.

Le syndicat souhaite arriver à une solution rapide avec le gouvernement pour se doter d'une convention collective qui servira les travailleuses en service de garde, mais aussi les parents qui requièrent leurs services.

«Nous invitons le Conseil du trésor et les représentants patronaux à un blitz de négociations. Nos équipes sont prêtes à se rendre disponibles jours, soirs et nuits, au besoin», a avancé Mme Nelson.

D’ailleurs, l'entente de 6 milliards de dollars négociée avec le fédéral pour cette mission devrait favoriser les discussions.

«Les enfants et leurs familles seront malheureusement les premiers à souffrir si on ne règle pas la question salariale ainsi que la surcharge et les conditions de travail pour enrayer l'exode des éducatrices et du personnel», a-t-elle conclu.