/world/usa
Navigation

Biden autorise le transfert d'archives de Trump à une commission d'enquête sur le 6 janvier

US-POLITICS-BIDEN-ENVIRONMENT
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le président américain, Joe Biden, a autorisé vendredi, au grand dam de son prédécesseur Donald Trump, la transmission à une commission d'enquête parlementaire d'archives relatives aux actes du républicain le 6 janvier, lors de l'assaut sur le Capitole. 

• À lire aussi: Un ex-émissaire des États-Unis juge le premier ministre haïtien pas crédible

• À lire aussi: Les avortements au-delà de six semaines de grossesse reprennent au Texas

• À lire aussi: Les États-Unis évitent une crise de la dette... jusqu’en décembre

Les élus à la tête de cette commission ont quant à eux menacé de poursuivre les proches de l'ancien président qui refuseraient de coopérer à ses travaux.

La «commission spéciale» de la Chambre des représentants a été mise sur pied pour évaluer le rôle joué par Donald Trump dans l'attaque menée par ses partisans contre le siège du Congrès, au moment où les élus certifiaient la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

L'ancien président a dénoncé «un jeu politique»: «Les démocrates de la gauche radicale [...] utilisent le Congrès pour persécuter leurs opposants», a-t-il martelé vendredi, dans un communiqué.

Il a expliqué «avoir écrit aux archives nationales» pour s'opposer, «au nom de la séparation des pouvoirs», à la transmission de toute une série de documents liés à ses faits et gestes le 6 janvier (comptes rendus de réunions, courriels, messages...).

Mais Joe Biden «a déterminé qu'il n'était pas légitime d'invoquer une prérogative présidentielle» pour garder secrètes ces informations, a déclaré la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, lors d'un point de presse.

«Le président considère de la plus haute importance pour le Congrès et les Américains d'avoir une vue complète des événements de ce jour, afin d'éviter qu'ils ne se reproduisent», a-t-elle justifié.

La commission a également déterminé, en septembre, des affectations pour quatre proches de l'ancien président, afin qu'ils lui fournissent d'autres documents et qu'ils témoignent devant elle. Selon la presse américaine, Donald Trump leur a demandé de ne pas coopérer.

L'ex-conseiller Steve Bannon «a indiqué qu'il allait essayer de s'abriter derrière une vague référence aux privilèges de l'ancien président», ont confirmé vendredi l'élu démocrate Bennie Thompson et sa consoeur républicaine Liz Cheney, qui dirigent cette commission.

«Nous n'autoriserons aucun témoin à défier une injonction légale ou à jouer la montre, et nous examinerons vite la possibilité de poursuites pénales pour entrave au travail du Congrès», ont-ils menacé dans un communiqué.

Donald Trump, qui jouit toujours d'une grande popularité parmi les électeurs républicains, nie toute responsabilité dans l'assaut sur le Congrès. Son emprise sur le parti républicain lui a déjà permis d'être acquitté en février, à l'issue d'un procès au Congrès pour «incitation à l'insurrection», et la plupart des élus du parti ont refusé de participer à la commission d'enquête.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.