/finance
Navigation

Relance économique du Canada: des aides d’urgence pourraient perdurer après le 23 octobre

La ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland
Photo d'archives, AFP La ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland

Coup d'oeil sur cet article

Des organisations patronales sont en discussion avec la ministre des Finances du gouvernement Trudeau pour qu’il prolonge l’aide d’urgence après le 23 octobre pour les secteurs les plus touchés.

• À lire aussi: Le gouvernement a tardé à s’attaquer à la fraude

• À lire aussi: Prestation d’urgence pour fraudeurs

«On a parlé à la ministre Chrystia Freeland pour qu’elle prolonge jusqu’à la fin novembre certains programmes de subvention salariale et d’aide au loyer pour les PME», a confirmé Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

Les patrons contre la PCRE

D’après la FCEI, ces programmes sont pertinents parce qu’ils s’adressent aux entreprises qui ont subi des pertes de revenus.

«Il est important que certains programmes comme la PCRE ne soient pas reconduits dans leur formule actuelle parce que c’est malheureusement un frein à la relance économique», estime de son côté Karl Blackburn, PDG du Conseil du patronat du Québec.

«Il y avait encore 119 250 personnes sur la PCRE à la mi-août au Québec. Ça prend des incitatifs pour qu’ils réintègrent le marché du travail», a noté Véronique Proulx, PDG de Manufacturiers et Exportateurs du Québec.

Pas de détails

Jeudi, Jessica Eritou, porte-parole de la ministre des Finances, Chrystia Freeland, n’a pas pu dire au Journal la nature des changements à venir.

«En plus de l’actuel Programme d’embauche pour la relance économique du Canada, nous nous sommes engagés dans notre plateforme électorale à prolonger le programme d’embauche et à continuer de fournir des subventions salariales et de loyer aux entreprises les plus durement touchées», a-t-elle indiqué par courriel.

Mme Eritou a souligné que la ministre a convenu, mercredi dernier, que certains secteurs sont encore durement affectés. Mme Freeland a affirmé qu’elle fournira sous peu des détails sur d’éventuelles formes d’aides.

À voir aussi