/finance/news
Navigation

Comptes à intérêt élevé: on n’est pas gâtés

Tiny Male and Female Characters Put Golden Coins into Huge Piggy Bank on Laptop Screen. Money Saving Account, Finance
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Ce qu’on trouve au Québec du côté des comptes d’épargne à intérêt élevé est assez navrant.

D’abord, les grandes institutions financières rient de nous autres.

La banque RBC, par exemple, offre aux clients qui ouvrent un premier compte à « intérêt élevé » un taux exceptionnel de 1,25 %. Chez HSBC, ils ont lancé une offensive récemment, un taux de 1,75 % sur les nouveaux dépôts jusqu’au 16 décembre.

Tout ça semble fort intéressant, on le recommanderait sans hésiter si les taux ne replongeaient pas à des niveaux risibles, 0,05 %, une fois échue la promotion.

C’est le taux proposé en tout temps par la Banque Nationale sur ses soi-disant comptes à « intérêt élevé ». Desjardins offre le double (waouh !), soit un dixième de 1 % (0,1 %) par année... une farce !

Parmi les institutions qui ont pignon sur rue, il n’y a que la Banque Laurentienne qui fait sérieux, avec 1,15 %. Si seulement ses services en ligne pouvaient se frayer un chemin jusqu’au 21e siècle.

D’accord, ce n’est pas avec 1 % d’intérêt qu’on peut espérer faire fortune, surtout sur un compte qui contient 1000 $. Ça donne 83 cents par mois. 

Ça compte

Mais quand c’est quelques dizaines de milliers de dollars qui dorment dans l’attente de la réalisation d’un projet, ça commence à paraître.

Les épargnants dorment sur des liquidités plus abondantes que jamais, et c’est frustrant de ne pas pouvoir les déposer en un lieu sûr, facilement accessible et qui offre des taux d’intérêt dignes de ce nom.

Les institutions financières traditionnelles ne font aucun effort, il suffit d’aller voir ce que proposent les banques virtuelles pour s’en convaincre. J’exclus de cette liste la pionnière Tangerine, autrefois ING Direct, qui depuis son acquisition par la Scotia singe les grosses banques.

Les banques virtuelles

Je vous lance des noms comme ça : People Trust, Outlook Financial, Oaken Financial, Alterna Bank, Implicity Financial. Ce sont de petits joueurs dans l’industrie où l’épargnant peut trouver des comptes où son argent peut s’apprécier de 1 % et 1,15 % par année.

On dénombre au Canada une vingtaine de petites institutions, dont des coopératives d’épargne (nombreuses au Manitoba) qui offrent des taux de plus de 1 %.

Toutefois, plusieurs ne font pas affaire au Québec, et ce sont les plus généreuses.

Je pense notamment à la Banque EQB (EQ Bank), dont le compte à intérêt a toujours figuré parmi les plus avantageux. En ce moment, il procure 1,25 %. Je communique de temps en temps avec eux pour savoir s’ils projettent d’étendre leurs activités ici, on me dit qu’ils y songent. 

Leur plateforme en ligne est pourtant depuis longtemps en français, et la société derrière cette marque de commerce, la Banque Équitable, fait déjà affaire au Québec sur le marché hypothécaire. 

Canadian Tire, une entreprise aimée des Québécois, offre aussi un compte d’épargne à intérêt élevé (1,25 %), très populaire dans le reste du Canada, mais pas au Québec, le produit n’y étant pas proposé.

Mais ce ne sont pas encore les plus généreux. Neo Financial offre un compte à 1,30 % partout au Canada, sauf au Québec. La coopérative Saven Financial va plus loin, avec un taux de 1,35 %, mais seuls les Ontariens peuvent être membres.

Bref, on n’est pas les plus gâtés à ce chapitre, bien qu’on retrouve ici la plus grosse coop financière.

Oaken (1,15 %) et LBC Numérique (Banque Laurentienne – 1,15 %) demeurent les meilleures options pour les Québécois.