/news/politics
Navigation

Logement: «Montréal a besoin d’un remède de cheval»

Logement: «Montréal a besoin d’un remède de cheval»

Coup d'oeil sur cet article

Le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre promet de construire 50 000 logements en quatre ans s’il est élu lors des prochaines élections. 

• À lire aussi: Valérie Plante: «Les changements climatiques, ce n’est pas une mode. C’est un sujet qui est sérieux»

• À lire aussi: Un candidat de Coderre forcé de s’excuser

«Si on veut régler la crise du logement et faire pression à la baisse sur les prix et travailler sur l’abordabilité de la ville, il faut construire et augmenter l’offre», a-t-il expliqué, en ajoutant que Montréal a «besoin d’un remède de cheval» pour faire face à la situation qui prévaut actuellement.

Pour lui, le Règlement pour une métropole mixte, aussi connu sous le nom de 20-20-20 est un échec. Il propose plutôt d’exiger que 15 % de logements sociaux et communautaires soient inclus dans les nouveaux projets résidentiels de 25 unités et plus.

Il promet également de se doter d’une stratégie pour développer les terrains sous-utilisés de la Ville, qui incluront 30 % de logements sociaux, étudiants et familiaux.

Ensemble Montréal propose également de créer un «Fonds d’investissement d’impact de Montréal pour l’habitation sociale, communautaire et étudiante» qui permettra de financer la construction de ces logements.

Jeudi, M. Coderre avait fait part de sa volonté de transformer les secteurs des Faubourgs, de la Cité-du-Havre et de l’Îlot Voyageur en pôles résidentiels.

«Avec la pandémie, il y a un exode. Il y a de plus en plus de gens qui quittent, parce que c’est trop cher. Parce qu’on ne leur donne pas les outils nécessaires pour rester», a ajouté M. Coderre.

Son parti promet aussi de «bannir les irritants» en simplifiant le processus d’octroi de permis de construction.

«On doit être un facilitateur, et sur le plan réglementaire, d’arrêter de continuellement bloquer la machine», a-t-il expliqué.

Il accuse également ses adversaires de ne pas avoir livré leur promesse au cours des dernières années, rappelant que rien n’a encore été fait au site de l’ancien hippodrome et sur l’Îlot Voyageur.

Du côté de Projet Montréal, on promet la construction de 60 000 logements d’ici 10 ans.

À voir aussi...