/news/coronavirus
Navigation

Sondage de l’INSPQ: forte adhésion des parents à la vaccination des enfants

Sondage de l’INSPQ: forte adhésion des parents à la vaccination des enfants
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Éventuel baromètre désigné par le ministre de la Santé pour le relâchement de certaines mesures, la vaccination chez les jeunes est soutenue par plus de 80 % des parents québécois, selon un sondage de l’INSPQ.

• À lire aussi - Vaccin anti-COVID pour les 5-11 ans: des questions en suspens

• À lire aussi - Les États-Unis avancent vers la vaccination des jeunes enfants

Au dernier coup de sonde mené par l’Institut national de santé publique du Québec, ce sont 83 % des parents qui ont l’intention de faire vacciner leurs enfants contre la COVID-19. À l’inverse, seulement 12 % refuseraient de le faire.

Fait à noter, ces 83 % incluent des parents d’adolescents qui sont déjà vaccinés. Le prochain sondage de l’INSPQ se concentrera plus précisément sur les 5 à 11 ans.

« Mais on ne s’attend pas à perdre 30 % non plus », soutient l’anthropologue Ève Dubé, chargée de l’exercice. « Et habituellement, l’intention est toujours plus faible avant d’arriver à la campagne, avant d’être dans l’action. Donc, on pourrait aller au--delà de ces chiffres aussi. »

Relâchement de mesures ?

Ce pourcentage d’adhésion pourrait avoir une importance capitale pour la suite du combat contre la COVID-19, alors que Christian Dubé désignait la vaccination des enfants comme l’un des derniers remparts avant le relâchement de certaines mesures.

« L’obligation du port du masque dans des lieux publics, cette obligation pourrait être révisée à un certain moment [...], mais au moment où on en saura plus sur la vaccination des plus jeunes », affirmait le ministre de la Santé en point de presse le 30 septembre dernier.

Le taux de 83 % dévoilé par l’INSPQ est suffisant pour rassurer les experts, estime l’épidémiologiste Nima Machouf. 

<strong>Nima Machouf</strong><br><em>Épidémiologiste</em>
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits
Nima Machouf
Épidémiologiste

« Avant même que les enfants aient eu accès aux vaccins, d’être à 80-85 %, c’est excellent », analyse la spécialiste, qui croit qu’on pourra effectivement relâcher les mesures si l’adhésion est aussi bonne que le laisse croire le sondage.

« C’est tout à fait envisageable d’enlever certaines mesures. Pas toutes, il faudra continuer à suivre les éclosions de près, mais on va pouvoir se permettre plusieurs activités, comme on les faisait avant », appuie la Dre Machouf.

Les jeunes touchés par la COVID

L’importance de vacciner les jeunes est mise en lumière par les dernières données épidémiologiques qui démontrent qu’ils sont à risque avec les derniers variants, selon Nima Machouf. 

« Il y a de plus en plus d’enfants qui s’infectent et n’oublions pas que 10 % de ces enfants-là gardent des séquelles de la COVID, parfois des symptômes mineurs heureusement, mais d’autres fois des symptômes incapacitants », insiste la Dre Machouf.

Évolution de l’impact de la COVID-19 chez les jeunes (0-19 ans)  

CAS

  • 1re vague : 4442 (7,9 % de l’ensemble des cas)  
  • 4e vague : 12 525 (33,3 %)  

HOSPITALISATIONS 

  • 1re vague : 71 (1 % de l’ensemble des hospitalisations) 
  • 4e vague : 59 (4,5 %)  

SOINS INTENSIFS

  • 1re vague : 10 (2,2 % de l’ensemble des hospitalisations en soins intensifs) 
  • 4e vague : 7 (9,7 %)  

[Entre la 1re (25 février au 11 juillet 2020) et la 4e vague (18 juillet 2021 à aujourd’hui)]

À VOIR AUSSI    

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres