/opinion/columnists
Navigation

Trudeau prépare-t‐il son départ ?

Tofino
Photo tirée du site de Sotherby's International Justin Trudeau aurait-il pris du temps, à Tofino, pour réfléchir à son avenir politique ?

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce que ça se peut que Justin Trudeau soit allé « marcher dans le sable », de la même manière que son père a fait une célèbre « marche dans la neige » pour décider de son avenir politique ?

La question est venue d’un journaliste avec qui je travaille à Toronto et j’ai dû avouer que c’était une des seules explications que j’avais pu trouver. Ça me turlupine depuis.

Pour mon collègue, c’était la seule manière d’expliquer la décision de Justin Trudeau de sacrer son camp la Journée de la vérité et de la réconciliation, jour férié qu’il avait lui-même décrété. Trudeau était parti à l’aube pour s’en aller en vacances sur la plage, à Tofino, en Colombie-Britannique.

Décision inexplicable

Depuis, comme à son habitude, il s’est excusé... un petit peu. Mais ce n’est pas là la question. Toujours très préoccupé par son image, qu’est-ce qui a bien pu conduire Trudeau à se mettre en si grande contradiction avec ses prétendues bonnes intentions à l’égard des Premières Nations, Métis et Inuits ?

Le mot hypocrisie sort facilement dans les commentaires. Je veux bien, oui, il y a quelque chose de particulièrement agaçant dans le ton moralisateur de Trudeau lorsqu’il donne la leçon. L’agacement devient insupportable lorsqu’on apprend qu’après avoir sermonné tout le monde sur l’importance de cette journée consacrée à la mémoire des horreurs des pensionnats autochtones, notamment, il n’a pris part à aucune cérémonie. Il a préféré retenir seulement le mot « congé » et il s’est poussé.

Mais c’est si gros, cette fois-ci, qu’on est tenté d’écouter le spin de ses proches, qui chuchotent qu’il y aurait peut-être des motifs graves d’ordre personnel et familial.

Trudeau sait que les Canadiens lui pardonneront pas mal tout. La liste est longue. Il s’en est vanté avant mon élection contre lui en 2015 : il a une relation spéciale avec les Canadiens. Même s’il va avoir 50 ans bien sonnés à Noël, nombreux sont ceux qui l’associent spontanément à l’histoire du pays, avec son père et sa mère, tous deux des personnages exceptionnels. Leur enfant aîné fait partie de la mémoire collective du Canada et Justin Trudeau le sait.

Aucune vérification ?

Mais cette fois-ci, je sens qu’il y a un tournant. Ce n’est tout simplement pas plausible que personne dans son entourage n’ait dit qu’il ne pouvait pas partir sans faire quoi que ce soit de public pour marquer cette journée. Il est parti quand même.

Le Bureau d’enquête du Journal de Montréal a révélé que la famille de la propriétaire de cette somptueuse maison louée par les Trudeau avait des liens de lobbying dans le dossier du cannabis. Personne n’aurait pu vérifier ça ?

Lorsque Trudeau a fait son annonce concernant la vaccination obligatoire de l’ensemble des employés du fédéral, il était curieusement accompagné de Chrystia Freeland, qui n’est ni responsable de la santé ni de la fonction publique.

Est-ce qu’en se préparant pour accrocher ses patins, Trudeau essaie de lui donner un pas d’avance dans la course éventuelle pour le remplacer ?