/sports/fighting
Navigation

Tyson Fury promet le tapis à Deonte Wilder

Coup d'oeil sur cet article

Le troisième duel de la saga Tyson Fury-Deonte Wilder aura lieu samedi et le premier des deux hommes sait assurément vendre son produit, surtout que ses intentions sont claires. 

• À lire aussi: Un décembre fou

• À lire aussi: Beterbiev-Browne à Montréal

En conférence de presse, mercredi, les deux hommes sont apparus devant les caméras, mais le promoteur de Fury, Bob Arum, a imposé l’annulation du traditionnel face-à-face, car il ne voulait pas que la situation dégénère. 

Ce sera la troisième confrontation entre les deux athlètes boxant dans la catégorie des poids lourds. Le premier choc, tenu en décembre 2018, s’était conclu par un controversé verdict nul. Le second, en février 2020, a été remporté par Fury (30-0-1, 21 K.-O.) après que l’entraîneur de Wilder (42-1-1, 41 K.-O.) eut lancé la serviette.

Depuis, Wilder a accusé son rival d’avoir triché durant leurs duels, notamment en ayant ajouté du poids à ses gants. Il est toujours attaché à cette version des faits, d’ailleurs.

«J'irai dans ma tombe en croyant à ce que je pense, a affirmé Wilder, selon ce qu’a rapporté le site mmafighting.com. J’en suis certain et c’est clair à mes yeux, j’en ai eu la confirmation. Les hommes mentent, les femmes mentent, mais vos yeux ne mentent pas sur ce qu'ils voient.»

La réplique

Fury, lui, n'a que faire de ces accusations. Il préfère le faire valoir sa cause samedi, dans le ring, où il prévoit une victoire par K.-O.

«Il m'a accusé de tout, a accusé son équipe, son entraîneur, le costume, les blessures, a répliqué Fury. Qui d'autre a-t-il accusé? Ah oui, la Commission athlétique de l'État du Nevada; ils étaient aussi dans le coup. Et l'arbitre.»

«Peut-être que s’il était arrivé avec une seule de ces excuses, on l’aurait cru. Mais 15, c’est n’importe quoi, a poursuivi Fury. Il peut croire ce qu’il veut, mais ça me dit qu’il est faible mentalement et qu’il sera mis K.-O. samedi soir. Je l’ai battu la première fois, après trois ans à ne pas boxer, de manière assez aisée. Je l’ai absolument pulvérisé dans la revanche. Pour ce troisième duel, je vois la même chose arriver.»