/news/education
Navigation

Classement de Maclean’s: l'UL fait bonne figure parmi les universités du pays

Classement de Maclean’s: l'UL fait bonne figure parmi les universités du pays
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

L’Université Laval a avancé dans plusieurs catégories au classement annuel du magazine Maclean’s, notamment grâce à l’enseignement en ligne et à la performance des chercheurs dans le domaine de la COVID.

• À lire aussi: Les cérémonies de collation des grades de retour en novembre

La rectrice de l’établissement d’enseignement supérieur de Québec, Sophie D’Amours, se réjouit de cette progression. 

« Les résultats positionnent l’Université Laval parmi les universités de recherche les plus appréciées au Canada par les étudiantes et les étudiants. Nous partageons cette reconnaissance avec l’ensemble des membres du corps enseignant et du personnel », explique-t-elle.

L’Université Laval maintient encore cette année son deuxième rang parmi les 15 grandes universités de recherche au Canada en matière de satisfaction étudiante. 

Elle avance entre autres de deux rangs au classement de tous les indicateurs confondus. Et l’UL gagne quatre places au classement concernant sa réputation générale.

« C’est l’année où on a une plus grande progression dans le plus grand nombre de facteurs », affirme le vice-recteur Robert Beauregard. 

Près de 20 000 étudiantes et étudiants à travers le Canada ont évalué leur satisfaction à l’égard de leur établissement scolaire via le sondage en ligne de Maclean’s.  

« C’est un sondage de tous les gens de l’université, dont les gestionnaires, les professeurs, les étudiants. Dans la catégorie de la satisfaction des étudiants, ce sont les étudiants seulement qui évaluent. Dans les autres catégories, c’est tout le monde », précise M. Beauregard. 

Des efforts récompensés 

Avant la pandémie, déjà 26 % des crédits offerts à l’Université Laval étaient en ligne, selon la direction.

« On était les premiers au Canada avec l’enseignement en ligne. On avait peut-être une compétence meilleure que les autres dans ça », ajoute M. Beauregard. 

Un autre facteur qui a contribué au classement, estime le vice-recteur : les subventions des chercheurs universitaires, qui totalisent 301 931 000 $ dans la dernière année. 

« Les chercheurs ont très bien réussi dans des concours nationaux de subvention de recherches. Comme c’était un sujet de l’heure, ça contribue à notre réputation et à l’impact qu’on peut avoir comme université au Canada ».

À voir aussi