/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Nos auteurs

La beauté du cabernet-franc

La beauté du cabernet-franc
Photo Patrick Désy

Coup d'oeil sur cet article

Tout le monde ou presque connaît le cabernet-sauvignon. Le cabernet franc, un peu moins. Et pourtant, il peut donner les plus grands vins de la planète.

On peut penser au Château Lafleur à Pomerol ou Château Cheval Blanc à Saint-Émilion qui présentent tous deux une part importante de cabernet franc dans leur assemblage. C’est cependant en Loire, plus précisément à Chinon et à Saumur-Champigny, que le cabernet franc offre selon moi son expression la plus pure. Ici, les exemples sont nombreux. Le plus connu et le plus prestigieux reste sans doute le célèbre Clos Rougeard dont les vins sont de pures merveilles. Leur renommée aura malheureusement eu raison sur leur disponibilité, les prix atteignant aujourd’hui des sommets astronomiques. Ce qui pousse les amateurs – et c’est la beauté du vin – à se tourner vers d’autres producteurs. 

C’est le cas du Nicolas Grosbois dont j’aime bien les vins et dont je vous ai parlé au début de l’été. Il revient en force avec cette cuvée « carte de visite » qui vient d’arriver en SAQ. Un nez immédiatement séducteur sur des parfums de cassis, de violette et de poivron. La matière en bouche est nourrie, les tanins sont lisses, l’ensemble montre du volume et de la densité tout en gardant une remarquable buvabilité. On siffle la bouteille dans le temps de le dire. Et on en redemande! 

Nicolas Grosbois, Gabare 2019, Chinon, France

  • 30,25 $ - Code SAQ 13096110 – 13,5 % - 2,3 g/L – Biologique

★★★1⁄2 - $$$

Légende

★ Correct

★★ Bon

★★★ Très bon

★★★★ Excellent

★★★★★ Exceptionnel