/misc
Navigation

La stupidité, les Américains et la guerre civile

La stupidité, les Américains et la guerre civile
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Une chronique récente publiée dans le Washington Post posait la question: «Quel niveau de stupidité peut atteindre une nation et encore survivre?» Ça rejoignait le thème de mon livre Stupides et dangereux. Les États-Unis à l'ère de Trump.

Un nombre croissant d’experts de tous acabits, politologues, journalistes, historiens, etc., affirment que les États-Unis sont actuellement engagés dans «une guerre civile froide» et qu’une «guerre civile chaude» est soit possible, soit probable ou inévitable dans les années à venir. Pourquoi? La stupidité est régulièrement proposée comme raison.

Ajoutez la stupidité à la polarisation politique accrue, aux troubles économiques et sociaux causés par la pandémie et aux taux accrus de possession d’armes à feu en 2020-2021 et vous avez les éléments réunis pour qu’une guerre civile éclate. Et c’est sans parler de l’intention de Trump d’entraver par tous les moyens l’enquête du Congrès sur l’insurrection du Capitole.

Chaque recomptage, chaque contestation judiciaire prouve que Joe Biden a battu Donald Trump. Pourtant, une partie importante de l’électorat américain pense qu’il a volé la victoire à Trump. Le mensonge des «élections volées» a conduit à l’insurrection du 6 janvier dernier.

Vous pouvez amener des gens stupides à faire presque n’importe quoi. Après avoir été dirigé pendant quatre ans par un psychopathe crapuleux, inculte et amoral, 42% des électeurs américains étaient encore assez stupides pour vouloir donner, heureusement sans succès, un second mandat à Trump.

Trump et les responsables républicains misent sur le fait que leurs électeurs sont trop stupides pour savoir qu’on leur ment. Jusqu’ici ça marche. C’est sans doute l’effet Dunning-Kruger. Cette distorsion cognitive empêche des personnes non qualifiées de reconnaître leur incompétence et d’évaluer leurs réelles capacités. L’ignorance, qui s’accompagne souvent de suffisance, engendre plus fréquemment la confiance en soi que ne le fait la connaissance, estiment certains spécialistes. Il n’y a pas de vaccin connu contre la bêtise.

La stupidité américaine n’est pas un problème bipartite. Elle se concentre dans un seul parti politique manipulé par les médias de droite et des politiciens aussi fourbes que menteurs. Le parti républicain de centre/droite de jadis est disparu à jamais. 

Le GOP ressemble maintenant plus à une secte apocalyptique. Des zombies qui suivent un gourou. Des centaines de candidats républicains vont briguer les suffrages en 2022 sur la plateforme que Trump a réellement gagnée en 2020. 

Un anti-intellectualisme et une religiosité outrancière affaiblissent les capacités de pensée critique de nombreux Américains depuis des générations. Ce que le GOP et beaucoup de télévangélistes ont su exploiter pour leur plus grand bénéfice. L’ignorance volontaire, la crédulité et la stupidité pure et simple, ça génère des milliards de revenus. Exploiter les idiots est très rentable pour les médias de droite, la caisse électorale de Trump et les Facebook de ce monde. 

L’évolution des États-Unis vers un état autoritaire comme la Biélorussie actuelle sous Lukashenko est-elle inexorable? Tout ce que l’administration Biden pourrait entreprendre pour châtier les actions criminelles et les trahisons de Trump va être considéré comme politiquement motivé par environ quarante pour cent des électeurs. 

Les importantes réformes du système politique américain sont impossibles à réaliser. Un des deux partis politiques du pays est devenu une formation d’extrême droite dont les membres sont prêts à suivre aveuglément leur chef suprême comme des lemmings vers la falaise. 

Pour reprendre la question du début, jusqu’à quel niveau un pays peut-il survivre à sa stupidité? Nous allons le découvrir au cours des prochains mois et des prochaines années.