/opinion/columnists
Navigation

Legault pourrait faire naître le Québec libre

Legault pourrait faire naître le Québec libre
Photo Toma Iczkovits

Coup d'oeil sur cet article

La CAQ est absolument hégémonique chez les Québécois francophones et disposera du pouvoir d’imposer de grandes décisions collectives pour encore quatre ans, si elle le veut vraiment, si elle ne se contente pas de gérer à courte vue.

Québec

La question se pose donc : de quoi sera fait le prochain mandat de François Legault ? Quel héritage veut-il laisser ? Quel sera son legs ? 

S’il est vraiment lucide, il devra oser s’avouer à lui-même la chose suivante : ce mandat sous le signe de la toute-puissance caquiste sera peut-être paradoxalement le dernier spasme du nationalisme québécois, avant que la révolution démographique enclenchée par les libéraux et leur politique d’immigration massive ne vienne compromettre pour de bon le rapport de force politique de la majorité historique francophone en la condamnant à devenir minoritaire progressivement. 

Disons les choses autrement : si la tendance se maintient, d’ici quelques décennies, le Québec ne sera plus le Québec. François Legault ne peut pas ne pas le savoir. Et il ne peut pas se contenter de mesures cosmétiques comme le projet de loi 96 pour assurer l’existence de notre peuple. 

Nationalisme

Au fond des choses, il devrait faire l’indépendance. D’abord parce qu’il est peut-être le dernier à pouvoir la faire. Ensuite parce qu’après, il sera peut-être trop tard. Aussi, parce que sans l’indépendance, nous sommes condamnés à disparaître.

Lui seul aurait l’autorité naturelle pour l’imposer aux Christian Dubé et Éric Girard qui participent à sa coalition.

On a beaucoup comparé François Legault à Maurice Duplessis ces temps-ci. En fait, il doit devenir Daniel Johnson père et renouer avec le nationalisme d’affirmation qui était le sien.

François Legault le sait-il ? Il pourrait faire naître le Québec libre.