/news/coronavirus
Navigation

12 scientifiques devenus stars: Dr François Marquis, le sauveteur qui rêvait de devenir médecin

GEN-PORTRAIT-DR-FRANCIS MARQUIS-REVANGE DES NERDS
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits C’est lorsqu’il était sauveteur que le Dr François Marquis a découvert qu’il voulait devenir médecin. On le voit photographié devant une piscine de son quartier, près de l’hôpital Maisonneuve-­Rosemont, où il travaille.

Coup d'oeil sur cet article

C’est au bord d’une piscine que François Marquis décide qu’il deviendra médecin. Il a 16 ans et assiste à un cours de secourisme.

L’instructeur demande ce qu’il faut faire dans un cas sévère d’obstruction des voies respiratoires. L’ado lève la main : une trachéotomie! C’est la bonne réponse, mais il me répond que je n’ai pas le droit de pratiquer cette intervention, même avec une personne au seuil de la mort. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas médecin!» 

Les nouvelles vedettes
de la pandémie

Plus jamais il ne s’y ferait prendre. Devenir docteur est désormais son objectif personnel ; il gardera le cap jusqu’à l’obtention de son diplôme de doctorat en médecine, en 1999, auquel il ajoutera une spécialité en médecine interne en 2003, puis en soins intensifs en 2011. 

Archéologie, informatique... 

Enfant, il se serait plutôt imaginé archéologue ou paléontologue. «J’adorais les livres sur les dinosaures et je connaissais par cœur le nom de tous les pharaons de l’Égypte ancienne», relate ce fils d’enseignants et dont la famille ne compte aucun autre médecin. 

Au terme de ses études secondaires, il flirte même avec l’informatique au point de créer une petite entreprise de consultants, Monolithe Info. «Avec un associé, nous assurions des services clés en main pour des gens qui ne connaissaient rien aux ordinateurs. Nous avons eu beaucoup de succès.»

GEN-PORTRAIT-DR-FRANCIS MARQUIS-REVANGE DES NERDS
PHOTO AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

Il poursuit l’aventure au cégep, bidouillant des ordinateurs sous la bannière Info, Montage et Services Plus. 

Cette petite entreprise lui permettra de financer ses études jusqu’à l’université, où les exigences de la formation en médecine lui demanderont tout son temps.

Vedette de 24/7 

Le Dr Marquis était déjà une figure connue du public québécois puisqu’il participe au tournage de la série 24/7, diffusée depuis 2015 à Télé-Québec, où une équipe de télévision filme des patients et leurs cliniciens à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Ses contributions de plus en plus fréquentes aux bulletins d’information radiophoniques et télévisés – incluant deux apparitions à Tout le monde en parle en six mois – feront de lui une des étoiles de la pandémie. 

GEN-PORTRAIT-DR-FRANCIS MARQUIS-REVANGE DES NERDS
PHOTO AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

«On n’a pas toujours le temps de répondre aux questions des journalistes, mais c’est important de le faire si on ne veut pas laisser le champ libre aux conspirationnistes de tout poil qui surgissent en temps de crise...»

Consolidation

La vocation du Dr Marquis a été confirmée deux fois plutôt qu’une. D’abord, son expérience de moniteur dans un camp de vacances pour jeunes en difficulté lui a fait réaliser que tous les jeunes n’avaient pas eu la chance de grandir dans une famille harmonieuse comme la sienne.

Ensuite, son entrée au cégep dans un programme d’études internationales marque une autre étape importante. C’est ce qu’il appelle son Waterloo. «Je découvre alors que je ne suis pas le meilleur de la classe. Jusque-là, j’avais survolé mes études sans effort. Pour arriver à quelque chose, je devais apprendre à travailler. Je me suis retroussé les manches.»

Mais il n’a jamais oublié la piscine, qui a été un élément déclencheur fort. 

«J’ai l’impression de poursuivre tous les jours ma vocation de sauveteur telle que je l’ai apprise auprès des nageurs dans cette piscine de La Prairie», dit en souriant l’intensiviste de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont.

À voir aussi   

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres