/entertainment/shows
Navigation

Encore le stress des premières

La chanteuse Luce Dufault va officiellement présenter en spectacle son dernier album Dire combien je t’aime

Captation L'histoire de mes chansons
Photo Ben Pelosse Luce Dufault sera sur les planches de la Place des Arts demain et mardi pour son spectacle Dire combien je t’aime.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a un bon moment que Luce Dufault souhaitait présenter officiellement sur scène son dernier album Dire combien je t’aime. Lancé en mars 2020 – une semaine avant la pandémie – ce neuvième album original fait partie d’un spectacle « déjà bien rodé », car s’étant promené autant que faire se pouvait à travers le Québec dans les derniers mois. 

La première médiatique se tiendra mardi dans une 5e salle de la Place des arts ayant choisi de garder sa capacité restreinte.

S’il est désormais permis, pour les salles de spectacles, d’accueillir un nombre maximal de spectateurs, il faudra encore une dizaine de jours pour que ce soit le cas à la Place des Arts. Les spectacles devant grand public demain et la première médiatique de Luce Dufault suivront donc les anciennes règles de distanciation sociale avec 250 personnes dans la salle.

« J’essaie de ne pas trop en savoir à l’avance, lance celle qui ignore si son public distancié de la semaine prochaine devra être masqué. Je suis déjà tellement contente que les gens se déplacent pour venir nous voir en spectacle. Je me croise les doigts pour qu’ils viennent, que ça se passe bien et qu’ils ne soient pas trop inconfortables dans tout cela. »

L’artiste, qui a entamé sa tournée alors qu’étaient imposés masques, large distanciation et couvre-feu, s’est habituée à livrer des spectacles devant un public masqué. Elle voit l’annonce des salles à nouveau à pleine capacité comme une bonne nouvelle, même si elle comprend le possible inconfort des gens ayant acheté des billets en croyant qu’ils n’auraient pas de voisin de siège.

Mélange d’émotions

« C’est un mélange d’émotions, mais il faut aller chercher le positif là-dedans, poursuit-elle. Je suis contente, mais je suis aussi triste pour ceux qui vont devoir porter le masque pendant deux heures. C’est la première fois qu’on vit cela, il n’y a personne qui a la solution parfaite. Il faut y aller un pas à la fois. »

Ne pas voir les visages ni les gens chanter reste pour elle un défi. « On sent qu’ils sont en retenue, mais on est tellement contents de se retrouver qu’on finit presque par l’oublier. On se laisse porter par ce qui se passe autour. On n’a pas le choix, c’est comme ça. »

Si Luce Dufault avoue ressentir un mélange de crainte et de fébrilité à l’approche des spectacles, c’est plutôt parce qu’elle n’a pas vécu de première médiatique depuis un bon moment. Et que le stress d’un spectacle devant médias, collaborateurs de l’album, amis et artistes ne s’atténue pas malgré la trentaine d’années dans le métier.

« Le spectacle devant le public du 11 octobre me procure une fébrilité et un high, alors que la première médiatique du 12 octobre me fait dire “J’ai peur !” (Rires) Tous les deux sont importants pour moi et chaque fois, le stress revient au grand galop, tout comme l’excitation ! »

Le spectacle Dire combien je t’aime se compose d’une belle partie des pièces du dernier album du même nom et d’un retour en arrière d’une trentaine d’années permettant au public comme à l’interprète de remonter le temps jusqu’à ce neuvième opus original.

À VOIR AUSSI