/entertainment/tv
Navigation

François Chénier: de «Radio Enfer» à «Défense d’entrer»

François Chénier: de «Radio Enfer» à «Défense d’entrer»
Photo d'Archives, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

En 1995, François Chénier jouait l’ado «cool», le fameux Carl «le cat» Charest, vedette de la radio étudiante dans la comédie devenue culte pour toute une génération, «Radio Enfer», toujours rediffusée à Unis TV. Vingt-cinq ans plus tard, il endosse maintenant les habits du bon père de famille dans une autre série jeunesse, «Défense d’entrer». Le comédien est le premier à le constater: la roue du temps tourne à une vitesse folle... 

«C’est comme une boucle qui se boucle, effectivement, concède François Chénier. Aujourd’hui, d’autres générations découvrent "Radio Enfer" et me regardent un peu bizarrement, avec le doute dans le regard, en se disant que Carl ne peut pas être devenu un peu gras et avoir moins de cheveux... (rires) Mais, oui, j’ai perdu mes cheveux! (rires).»

Encore un cadeau

François Chénier ne se tannera jamais de se faire parler de «Radio Enfer». Les anecdotes, les souvenirs, les compliments sur l’émission, il les savoure encore pleinement, deux décennies et demie plus tard.

Il se dit seulement un peu excédé... de se faire réclamer une suite! Il reçoit de nombreux messages en ce sens et n’a souvent rien à répondre aux nostalgiques qui voudraient faire durer le plaisir.

«D’abord, ça ne se fera pas. Ensuite, ce n’est pas moi qui ai le pouvoir décisionnel. Beaucoup de gens pensent que c’est moi qui décide, et je trouve ça très drôle...»

«Mais sinon, tout le monde est "tripant", enchaîne l’acteur, qui a aussi jadis réjoui les adolescents dans des projets comme "Watatatow", "Ramdam" et "Subito texto". Il y a des pages spécialisées en la matière sur Facebook, dont je suis moi-même "fan". Ces jeunes, qui ont 35 ans aujourd’hui, me font capoter! C’est hallucinant, à quel point ils connaissent tout de la série. J’ai même été invité à une soirée-questionnaire sur "Radio Enfer" dans un bar, et j’ai eu du "fun" comme jamais. C’est un cadeau qui est encore vivant.»

François Chénier est d’avis que les blagues de «gros» ou de «pitoune» adressées aux personnages de Jean-Lou (Michel Charette) et de Maria (Rachel Fontaine), entre autres clichés dont se moquait «Radio Enfer», ne seraient plus acceptées en 2021.

«Mais c’est ce qui marchait, nuance-t-il. C’est arrivé dans une période de télévision tellement convenue. Oui, il y avait des clichés, mais on sortait de ça. Le "gros", on lui disait qu’il était gros. C’est fou, le nombre de "gros" qui ont écrit à Michel Charette, par la suite, pour lui dire qu’ils aimaient ce personnage-là... Il y avait un phénomène d’identification directe, et on s’en fait parler encore aujourd’hui.»

Comme en famille

Côté contenu, François Chénier est d’avis que la télévision jeunesse n’a pas connu de grands bouleversements depuis ses débuts dans le métier. À tout le moins, on le comprend aussi fier de «Défense d’entrer», mignonne fiction radio-canadienne dérivée de la série de romans du même titre de Caroline Héroux et son fils Charles-Olivier, qu’il le fut autrefois de «Radio Enfer».

«C’est bien écrit, et c’est très fidèle à la réalité familiale. Tant dans la famille immédiate du personnage de Lolo (petit garçon interprété par Loïc Bouffard) que dans la famille qu’il se crée avec ses amis. Je suis moi-même père de famille, je viens d’une famille qui ressemble à celle de "Défense d’entrer", et je m’y reconnais.»

«Je ne connaissais pas les romans avant de jouer dans la série, mais mon fils, qui a 17 ans, les avait lus quand il était plus jeune», ajoute-t-il.

L’artiste a reçu comme un don du ciel la proposition de personnifier le papa de Lolo dans «Défense d’entrer». Au début de la première vague de COVID-19, désireux de demeurer actif, François Chénier a occupé pendant trois mois un boulot de livreur de colis, un emploi qu’il a trouvé extrêmement difficile. Un certain soir, il est entré chez lui et avait un message qui l’attendait: l’auteure Caroline Héroux, le réalisateur Jason Roy-Léveillée et Radio-Canada lui offraient un rôle dans cette nouveauté. «J’ai été à la bonne place, au bon moment», remarque-t-il.

L’équipe de «Défense d’entrer» enregistre présentement la deuxième saison des aventures de Lolo et compagnie. De son petit partenaire de jeu Loïc Bouffard, François Chénier ne tarit pas d’éloges.

«Il est fantastique! Il est impressionnant, et pas seulement dans le résultat que tout le monde voit. Tous les gens sur le plateau, on est à même de voir combien ce travail est un exploit pour un garçon de son âge. Il est là tous les jours, il a énormément de texte... L’année passée, on le sentait parfois sur le point de craquer, puis il se ressaisissait. C’est quelqu’un qui a une très grande force, et c’est ce que ça prend pour faire ce métier à cet âge. Sinon, c’est difficile. Il est impressionnant autant dans la livraison du texte que dans la façon de le faire.»

«Radio Enfer», le vendredi, à 20 h et 20 h 30, à Unis TV (et en rediffusion plusieurs fois dans la semaine). «Défense d’entrer», intégralement disponible sur ICI.Tou.tv, et le samedi, à 9 h 30, à ICI Télé.