/opinion/columnists
Navigation

Le troisième mandat de Legault

François Legault
Photo Toma Iczkovits François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Gonflé à bloc par des sondages qui placent son parti largement en tête dans les intentions de vote des Québécois, François Legault s’est avancé cette semaine à dire qu’en plus d’effectuer un second mandat, il entend aussi revenir pour un troisième.

Depuis son élection en 2018, le gouvernement caquiste a souvent été taxé d’arrogance. La sortie du premier ministre suggérant aux Québécois pour quel parti voter lors des élections fédérales en était une frappante illustration.  

D’entendre M. Legault prétendre, comme il l’a fait cette semaine, qu’il gouvernera pendant encore deux autres mandats, après ce premier qui ne s’est même pas encore achevé, en représente un autre exemple patent. 

Politicien aguerri, le premier ministre devrait pourtant savoir que le contexte politique peut changer très rapidement. Quatre ans, c’est une éternité en politique. Quand il a été élu, en 2018, lui qui aspirait à de nombreux changements pour le Québec, M. Legault n’aurait jamais cru devenir le premier ministre de la pandémie.  

Ainsi, les deux « vieux » partis qui lui font face, le PQ et le PLQ, se sont effondrés. Il n’est toutefois pas exclu qu’ils se reconstruisent, et que la CAQ perde des plumes avec les années.  

Il n’est pas exclu non plus que la lune de miel entre M. Legault et les Québécois, qui est tout de même exceptionnelle, prenne fin avant un troisième mandat.  

Garde rapprochée 

Sur la scène municipale, à Québec, le maire sortant Régis Labeaume, dont le taux d’appui faisait saliver tout bon politicien, avait cette tendance à verser dans l’arrogance.  

M. Labeaume, qui terminera bientôt son quatrième mandat, admettait lui-même ce travers. Il racontait que sa garde rapprochée, composée d’amis de longue date, le mettait alors en garde et le ramenait sur le plancher des vaches.  

Apparemment influencé par un entourage politique contaminé par l’arrogance, on dirait bien que M. Legault serait dû, lui aussi, pour un conciliabule avec sa garde rapprochée.