/sports/racing
Navigation

Mint 400: l’aventure d’une vie pour Cynthia Gauthier

La pilote québécoise Cynthia Gauthier participera à la course dans le désert du Mint 400 à Vegas cet automne

Cynthia Gauthier
Photo courtoisie, LINCOLN ELECTRIC Cynthia Gauthier se dirige vers le Nevada gonflée à bloc.

Coup d'oeil sur cet article

La passion et l’adrénaline pure derrière le volant, c’est ce à quoi carbure Cynthia Gauthier. Après 18 mois difficiles, la pilote québécoise s’offre le « thrill d’une vie ». Elle participera au Mint 400, la « Great American Off-Road Race », dans le désert du Nevada en banlieue de Las Vegas en décembre.

« J’ai assisté à cette course comme spectatrice il y a plusieurs années. C’est incroyable. Je voulais vivre cette sensation. C’était sur ma bucket list de participer à cette course dans le désert », a relaté avec passion la pilote plutôt connue pour ses prouesses sur le circuit Monster Jam au volant de son camion monstre. 

Mint 400 est la plus vieille et la plus prestigieuse des courses hors route en Amérique. Disputée sur 650 kilomètres dans le sable et la poussière de la grande région de Las Vegas, elle regroupe plus de 500 équipes dans près de 75 classes différentes. Hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, et mêmes les juniors se lancent dans le désert. 

Et ce n’est pas la bourse de 50 000 $ qui les attire, ce sont la célébrité et la gloire. À peine la moitié d’entre eux réussissent à passer sous le drapeau à damiers.

« L’objectif, c’est de franchir le fil d’arrivée. C’est tout un exploit en soi. On n’y pense pas, mais piloter sur un circuit hors route dans le désert durant plus de six heures avec des centaines de participants, c’est très compliqué. C’est impossible de prendre une pause », a expliqué Gauthier qui pilotera un boguey de 150 chevaux-vapeur dont la vitesse atteindra les 140 km/h. 

Tous les coureurs ont hâte de franchir la porte emblématique du Mint 400 au Nevada.
Photo courtoisie, Cynthia Gauthier
Tous les coureurs ont hâte de franchir la porte emblématique du Mint 400 au Nevada.

Autre univers

« Les pilotes participent à cette course par passion. Elle est abordable et ouverte. L’esprit y est différent. On semble dans un autre monde », a signalé celle qui bouclera quatre tours d’environ 165 km chacun.

En effet, car en lever de rideau des festivités à Sin City, elle paradera sur la « Strip » au volant de son bolide de l’équipe Rancho Racing qui a gagné dans cette catégorie lors de la dernière édition. Un moment unique que cette fille de course attend impatiemment. 

À ses yeux, cette aventure représente un voyage dans le néant. Elle ne connaît rien de plus que le spectacle auquel elle a assisté il y a près d’une dizaine d’années. 

Selon elle, ses expériences de conduite en véhicule tout-terrain sur le circuit Monster Jam lui seront bénéfiques pour dompter son puissant boguey des sables. 

« Je le considère comme le challenge d’une vie. J’ai fait des recherches pour me préparer et comprendre la conduite. J’ai observé que les vainqueurs doivent user de stratégie avec les arrêts de ravitaillement. Il faut gérer la course, gérer le véhicule en tenant compte de la puissance et de la durabilité. Et il faut aussi rester constant. »

Durant plus de six heures, si tout roule rondement, faut-il le rappeler... 

Ce n’est pas une balade dans le parc qui attend Cynthia et les autres pilotes sur ces centaines de kilomètres de sentiers sablonneux.
Photo courtoisie, Cynthia Gauthier
Ce n’est pas une balade dans le parc qui attend Cynthia et les autres pilotes sur ces centaines de kilomètres de sentiers sablonneux.

Celle qui est plutôt habituée à piloter à 110 % sur l’adrénaline durant une courte période dans ses acrobaties durant les spectacles du Monster Jam aura à modifier son style. Déjà, elle s’entraîne en prévision de la course de décembre. 

« Si tu es toujours le pied au tapis, les chances sont minces de croiser le fil d’arrivée. Je vais rouler avec ma tête », a assuré celle qui sera flanquée d’un copilote connaissant le tracé. Elle sera aussi accompagnée par une équipe de mécanos et de communications. 

« Dans les préparatifs, il y a l’entraînement en endurance, l’alimentation, la modification du style de vie, a-t-elle ajouté. Tous ces sacrifices rendent cette course extraordinaire. »

Un cadeau 

En temps normal, Gauthier ne pourrait prendre le départ de ce « marathon des sables américain », car elle participerait à la série Monster Jam dans son camion Monster Mutt. 

Mais le changement de case horaire au calendrier lui permet de réaliser l’un de ses nombreux rêves. 

Et aussi, de terminer en beauté une difficile année 2021. Freinée comme plusieurs par la pandémie, la femme de 33 ans est gonflée à bloc depuis qu’elle a retrouvé le plaisir de piloter. 

« Je peux le dire, j’ai traversé 18 mois de merde. Cette pandémie a provoqué des impacts immenses chez les gens. J’ai l’impression d’avoir perdu une année de ma vie. Jamais je n’aurais cru qu’elle me bouscule autant. » 

En 2020, le circuit Monster Jam avait annulé des événements aux États-Unis et à l’international, mais avait ensuite repris ses activités. En raison des restrictions de voyage, Gauthier n’avait pas grimpé dans son gigantesque bolide.

Active et la tête remplie de projets, elle a su s’occuper, notamment avec son entreprise de soudure. Elle était toutefois éloignée de sa passion et de son carburant.

Elle a retrouvé sa vie et son camion en juin dernier. La prochaine année sera aussi synonyme de grands changements.

Du nouveau en 2022

En 2022, Cynthia Gauthier partira à neuf. Toujours dans l’arène du Monster Jam, elle pilotera un nouveau bolide. 

Exit le Monster Mutt aux tâches d’un dalmatien. Elle montera dorénavant dans le gigantesque camion aux couleurs du fabricant américain d’huile Lucas Oil. 

Selon les esquisses dévoilées, le poste de pilotage prendra les allures d’une cabine de remorque de 53 pieds sillonnant les autoroutes. 

La Québécoise native de Mirabel, dans les Laurentides, sera l’unique pilote du « Stabilizer ». 

La pilote Cynthia Gauthier conduira ce nouveau bolide en 2022. Elle a travaillé à la conception et au design complet du camion.
Photo courtoisie, Cynthia Gauthier
La pilote Cynthia Gauthier conduira ce nouveau bolide en 2022. Elle a travaillé à la conception et au design complet du camion.

« Après sept ans, ce sera un nouveau défi. J’en suis bien heureuse, a-t-elle commenté lors d’un récent entretien téléphonique avec Le Journal

« Je vais participer à chaque compétition au championnat des stades, a poursuivi celle qui a paraphé une entente de trois ans avec le fabricant. C’est une très grande réalisation que de m’associer à cette grande compagnie internationale. »

Avant de dévoiler la nouvelle, Gauthier a travaillé à la conception du design complet de son camion, qui arrivera en piste en janvier. 

Finir en beauté

D’ici là, elle termine le calendrier 2021 au volant de son « Dalmatien ».  

De son propre aveu, l’automne sera fertile puisqu’elle participera à toutes les compétitions jusqu’à la mi-novembre. Elle traînera son baluchon dans le sud des États-Unis avant de mettre le cap sur Las Vegas à l’occasion du Mint 400 (lire texte en page 68). 

Vendredi, elle se trouvait d’ailleurs à El Paso, au Texas. Elle se dirigera ensuite vers Arlington, cette semaine, où elle fera ses acrobaties sur le parterre du AT&T Stadium. 

Comptant une victoire au domicile des Cowboys de Dallas, une pièce de son camion est d’ailleurs exhibée dans les coulisses de son stade préféré. La semaine prochaine, elle s’arrêtera à celui des Texans, à Houston.

Pas question de perdre une occasion après toutes celles loupées en 2020 en raison de la pandémie. La cascadeuse cherche à augmenter sa visibilité en prévision de la nouvelle année. 

« On visite de gros stades. Je veux terminer en beauté avec mon camion. Il y a un peu de nostalgie, car ça fait longtemps que je le conduis. Il me reste un mois pour démontrer que je suis capable du meilleur », a souhaité Gauthier avec détermination.

Depuis son retour derrière le volant, elle a aligné des victoires à plusieurs concours, dont ceux de « freestyle » et « donuts ». 

Elle a aussi remporté l’épreuve générale à Austin, en août.

Vers un record Guinness ?

En plus d’un nouveau bolide en 2022, elle intégrera une nouvelle catégorie où les parcours seront modifiés pour pimenter les défis. 

En étant l’unique femme de cette catégorie, elle rivalisera aussi face aux meilleurs de sa discipline. En parallèle, elle aura à s’habituer à son nouveau châssis et à une nouvelle vision. 

Dès sa première compétition, prévue à Milwaukee au début de janvier, l’objectif sera évidemment d’enregistrer assez de points afin de participer aux Finales mondiales prévues à Orlando en mai prochain. 

En 2019, Gauthier avait ébloui les spectateurs en réalisant le plus haut saut. Elle avait projeté son engin pesant cinq tonnes à 45,4 pieds dans les airs.

Dans sa mission, elle veut battre la première marque mondiale enregistrée au livre des records Guinness l’an dernier. Krysten Anderson avait propulsé le « Grave Digger » à 33,9 pieds lors d’un concours. 

Un record prêt à être battu, a certifié Gauthier qui souhaite inscrire son nom dans ce mythique registre.