/entertainment
Navigation

BD: le nouveau Superman est bisexuel

Coup d'oeil sur cet article

La rumeur avait fait grand bruit, cet été, sur les sites spécialisés: dans une bande dessinée qui sortira en novembre, le fils de Superman, Jon Kent, va tomber amoureux d’un autre homme et assumera son identité de bisexuel, a annoncé lundi l’éditeur DC Comics, filiale de Warner Bros. 

«J’ai toujours dit que chacun avait besoin de héros et avait le droit de se représenter dans ces héros», a expliqué l’auteur de la BD, Tom Taylor, cité dans un communiqué illustré par un dessin de l’artiste John Timms, où le fils de Superman embrasse sur la bouche un autre jeune homme, un journaliste prénommé Jay Nakamura.

L’annonce de DC Comics est ainsi titrée: «Jon Kent a trouvé son identité [...] Le nouveau Superman s’affiche comme bisexuel».

Capture d'écran, DC Comics

Tom Taylor explique que «le symbole de Superman a toujours été l’espoir, la vérité et la justice. Aujourd’hui, ce symbole est quelque chose de plus (et) davantage de gens peuvent se reconnaître dans le superhéros le plus puissant de la bande dessinée».

  • Écoutez la chronique de l’humoriste Gabrielle Caron à l’émission de Geneviève Pettersen à QUB radio

Dans un numéro de Superman paru en août, Jon Kent, fils de Clark Kent et de la journaliste Lois Lane, se lie d’amitié avec le reporter Jay Nakamura. Dans le numéro à paraître le 9 novembre aux États-Unis, cette relation va se muer en romance amoureuse.

Cet été, la rumeur d’un «Superman gay» et d’un «coming out» du super-héros avait agité les publications spécialisées et les sites d’admirateurs. 

  • Écoutez la rencontre Dutrizac-Dumont au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB Radio:  

Et ce n’est pas la première fois que la BD américaine se veut plus en phase avec la diversité de la société: la série Aquaman avait mis en avant cet été un super-héros noir et gai, tandis dans la dernière édition de la BD Batman, Robin s’affichait lui aussi comme bisexuel.

Pour Ben Saunders, professeur et spécialiste de l’étude des BD et dessins animés, l’époque est «moins corsetée» et c’est «une très bonne chose».

«Avec comme conséquence que la culture populaire ait intégrée ce que certains savent depuis un moment: les super-héros ont toujours été, potentiellement, un peu "queer"», estime le chercheur.

Dans cette nouvelle série de Superman intitulée «Fils de Kal-El», Jon Kent est un super-héros aux préoccupations différentes de celles de son père: il est très impliqué contre les injustices sociales, le dérèglement climatique ou la crise des réfugiés.