/entertainment/tv
Navigation

«Chanteurs masqués»: les confidences de la Brebis Bergère

«Chanteurs masqués»: les confidences de la Brebis Bergère

Coup d'oeil sur cet article

Aviez-vous deviné que c’était Marie-Claude Barrette qui se cachait sous le chapeau et la magnifique crinoline de la Brebis Bergère de Chanteurs masqués? Contrainte de révéler son identité au terme de l’émission de dimanche, l’animatrice de TVA revient sur cette belle aventure, qu’elle dit avoir adorée.

• À lire aussi: En quête de nouveaux défis, Marie-Claude Barrette lance une émission à son image

«Je trouvais ça amusant comme concept, a raconté Marie-Claude Barrette en entretien téléphonique, quelques jours avant la diffusion de son grand dévoilement. Je connaissais les “Masked Singer” aux États-Unis, mais je ne reconnaissais jamais personne (rires). Je n’ai pas été difficile à convaincre, j’ai accepté l’invitation tout de suite. De savoir que j’allais travailler avec Fred St-Gelais (aux arrangements musicaux) et Kim Gingras (aux chorégraphies), ça m’a allumée. Je trouvais que c’était une grande expérience! Ça va rester un beau souvenir pour moi.»

Rêve de bergerie

Au cas où quelqu’un en douterait, Marie-Claude Barrette le confirme: il faisait drôlement chaud sous le costume de la Brebis Bergère, et l’assemblage était lourd à porter.

«Et je ne voyais rien, a rigolé la principale intéressée. Quand je suis allée faire mon essayage, je voyais simplement la boucle de la ceinture de Patrick Martel, le concepteur des costumes. Finalement, ils ont gratté le lainage, et j’ai pu voir à 20 %, environ. Je ne pouvais pas me promener librement sur la scène; c’était quand même un enjeu majeur! (rires) Et, quand je regarde les autres masqués, j’ai l’impression qu’on était plusieurs qui avaient de la difficulté à voir.»

«Mais je l’ai aimée tout de suite, ma Brebis Bergère! J’ai été triste de la quitter tout de suite...»

Fait amusant, Marie-Claude Barrette a déjà rêvé d’être elle-même bergère. Elle s’est même déjà approchée de son fantasme de très près.

«Quand on est arrivés sur la ferme, à Cacouna, on avait plein d’infrastructures, une étable, des champs, et je me disais qu’on pourrait avoir des moutons. Je m’étais inscrite à un colloque d’agriculteurs pour savoir comment élever des moutons et des brebis. À la fin de la formation, j’ai réalisé que ce n’était vraiment pas pour moi (rires).»

Habituée de Piaf

Marie-Claude Barrette n’est pas chanteuse de métier, mais pousse souvent la note au quotidien. Elle a déjà fait partie d’un chœur et est une fervente adepte de karaoké.

Les pièces d’Édith Piaf font partie du répertoire qu’elle fredonne fréquemment. À son premier passage devant le public et les enquêteurs de Chanteurs masqués, le dimanche 3 octobre, on l’a entendue entonner La vie en rose. Automatiquement, ses proches ont reconnu son grain de voix avec cet air en particulier.

À son deuxième tour de chant, dimanche, elle s’est commise sur Higher Love, de Whitney Houston. Mais la dame assure qu’une seule apparition avait vendu la mèche à plusieurs, dont ses propres enfants, qu’elle n’avait pas mis dans le secret de sa participation au rendez-vous de variétés.

«Mes amis m’ont tous écrit : “On vient de te voir aux Chanteurs masqués!” Ce n’était même pas une question, c’était une affirmation. Il n’y a eu aucune hésitation. Ma belle amie Sophie Prégent m’a envoyé un message disant : “Je sais que c’est toi la Brebis Bergère, salut!” (rires) Gino Chouinard m’a aussi écrit que je chantais bien. Pendant l’émission, ma fille Juliette était en train de faire ses devoirs dans la cuisine; elle s’est retournée et m’a dit : “Maman, tu chantes?". Et mon frère m’a texté que j’étais une petite cachottière...»

Chanteurs masqués, le dimanche, à 18 h 30, à TVA. Marie-Claude Barrette anime toujours son magazine de société Marie-Claude, du lundi au mercredi, à 10 h, aussi à TVA, et intervient quotidiennement à l’antenne de QUB radio à l’émission de Sophie Durocher.

À VOIR AUSSI