/news/coronavirus
Navigation

Pénurie d'infirmières: l'Outaouais déjà fortement touché

Coup d'oeil sur cet article

Une grave pénurie de main-d’œuvre dans le domaine de la santé frappe la région de l’Outaouais depuis bien des années, et la pandémie n’a fait qu’aggraver la situation.

• À lire aussi: Les infirmières auxiliaires non vaccinées seront aussi suspendues

• À lire aussi: Personnel non vacciné: «une irritation additionnelle, mais pas de cataclysme»

• À lire aussi: Infirmières non vaccinées: «Ça me dépasse un peu», déplore le président de l'OIIQ

Présentement, l’urgence de l’hôpital de Gatineau est ouverte seulement 10 heures par jour, et certains craignent que ce département ferme davantage après le 15 octobre, date à laquelle les employés du milieu de la santé seront obligés d'être complètement vaccinés pour pouvoir travailler.

«Quand on nous dit "c’est encore prématuré de parler d’un plan de contingence", je m’excuse, mais on est le 12 octobre, et le 15, dans trois jours, il y a des infirmières, des membres du personnel de la santé qui ne pourront plus travailler dans le réseau de la santé. Ça va avoir un impact sur nos services qui sont déjà précaires.»

En Outaouais, il y a 491 infirmières pour chaque tranche de 100 000 habitants alors que la moyenne est de 734 par 100 000 au Québec.

En plus, pour l’instant, 162 infirmières ne sont pas adéquatement vaccinées et ne pourraient plus aider les hôpitaux de la région dès vendredi.

D’ailleurs, des primes permanentes seront accordées aux infirmières en Outaouais pour empêcher l’exode depuis les dernières années de cette main-d’œuvre vers l’Ontario. Plusieurs infirmières affirment que les salaires et les conditions sont meilleurs de l’autre côté de la frontière.

À voir aussi 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres