/finance/business
Navigation

Sauvetage du Groupe Capitales Médias: les coopératives sont venues par défaut

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Même si Power Corporation avait abandonné ses quotidiens régionaux, des lettres ont tout de même été envoyées en 2019 à la famille Desmarais pour éviter que les retraités soient pénalisés, ce qui n’a rien donné, a affirmé mardi Jean-François Néron, président de la Coopérative de solidarité Le Soleil.

Coup d'oeil sur cet article

La création des coopératives pour sauver les journaux de Groupe Capitales Médias de la faillite en 2019 n’était pas le premier choix envisagé. 

• À lire aussi: Les retraités incapables de payer les avocats et les experts

Louis Tremblay, président du conseil d’administration de la Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i), y est allé avec une révélation surprenante mardi devant la juge Line Lanseigne du Tribunal administratif du travail du Québec.

« Moi, personnellement, je n’étais pas très favorable aux coopératives. Ce n’est pas une bébelle que je trouve intéressante en termes de relations de travail. Ce n’était pas mon choix », a-t-il déclaré.

Pas de sauveur

« La première idée, c’était de former un groupe de travailleurs qui aurait pu devenir actionnaire avec un repreneur. Il n’était pas question qu’on forme en premier lieu un groupe pour gérer des journaux », a répondu le témoin qui est chef des nouvelles pour Le Quotidien en plus de siéger au conseil de CN2i.  

Le projet des coopératives a évolué « à la petite semaine », selon l’information qui rentrait, a ajouté M. Tremblay.

« Il a fallu comprendre que personne n’allait venir nous sauver, c’est là qu’on a commencé à penser à mettre en place des coopératives qui allaient devenir des propriétaires. » 

La seule autre proposition est venue de Métro Média, mais elle comportait des coupes qui auraient réduit au minimum les activités des journaux, a-t-il dit. 

Problème de solvabilité

Les problèmes de solvabilité du régime de retraite étaient connus depuis au moins 2015, alors que le déficit dans les caisses était de l’ordre de 60 à 75 M$. 

« Il aurait fallu vivre sur la planète Mars pour ne pas s’en rendre compte », a-t-il lancé.

Le président de la Coopérative de solidarité Le Soleil, Jean-François Néron, a affirmé que les syndicats étaient « conscients » de leur devoir de représenter les retraités dans les démarches d’adoption du plan de relance.

« D’ailleurs, c’est ce qu’on a fait. [...] Dans tout ce processus-là, nous avions chacun nos fonctions au syndicat. Je sais pertinemment qu’il y a eu des représentations qui ont été faites. »

Des lettres ont été envoyées directement à la famille Desmarais, selon lui, et au président de la CSN à l’époque, Jacques Létourneau. Cela n’a pas empêché les retraités de subir des pertes de 25 % de leur rente. 

À VOIR AUSSI