/opinion/blogs/columnists
Navigation

15 novembre? Mon œil...

15 novembre? Mon œil...
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Cher Monsieur Dubé,

Pourquoi diable avez-vous proféré des menaces que vous saviez pertinemment ne pas pouvoir mettre à exécution?

De grâce, faites-nous l’économie de cette nouvelle date butoir du 15 novembre prochain. Vous savez aussi bien que nous que personne n’y croira.

L’état de notre système de santé, la pénurie de personnel, le manque d’effectifs et autres cancers qui le rongent depuis des années vous sont familiers.

Pourquoi nous avoir fait croire que vous alliez tenir tête à ces membres du personnel réfractaires à la vaccination?

Pourquoi avoir affirmé que ç'avait assez duré? que le temps de réflexion du personnel non vacciné était largement dépassé et que vous ne reculeriez pas? Vous saviez que vous ne pourriez pas aller de l’avant.

Nous aussi, nous en doutions, mais vous aviez l’air si tenace...

Vous vous êtes «peinturé dans un coin», comme on dit chez nous.

Prendre le risque que des employés non vaccinés contaminent des patients ou prendre le risque que le système de santé s’écroule?

Un miracle allait-il se produire pour vous secourir de ce piège dans lequel vous vous étiez embourbé?

Même si elle déçoit, votre décision est raisonnable et justifiable, alors pourquoi ne pas l’avoir prise avant?

Cette volte-face, aussi inattendue que soudaine, vous attire notre rancœur.

Car, au fond, qui en sort gagnant?

Le mouvement antivaccins!

Qui est mort de rire?

Tout le personnel que vous avez menacé de sanctions et les différents syndicats impliqués.

Qui a du mal à avaler la pilule?

Tous ceux qui depuis le début respectent les directives et les mesures sanitaires.

Tous ceux qui ont fait l’effort d’aller se faire vacciner en attendant leur tour.

Tous ceux qui ont fermé des entreprises, ou qui les ont perdues.

Tous ceux qui peinent encore à se relever de cette crise sanitaire.

Comment croire que, d’ici le 15 novembre, le personnel non vacciné entendra raison?

Soyons sérieux: c’est cuit!

Que dire à ces vedettes qui ont fait les frais de leur refus de la vaccination et qui voient le personnel de la santé s’en sortir indemne?

Monsieur Dubé, bonne chance!