/news/currentevents
Navigation

Il avait le «plan de poignarder quelqu’un»

La Couronne dit qu’une victime innocente a été tuée

meurtre Bendwell
Capture d’écran, courtoisie de la cour L’accusé Maxime Chicoine-Joubert (chemise hawaiienne) s’en prend à un ami de la victime décédée, Simon-Olivier Bendwell (chandail blanc), qui observe la scène. Le meurtre serait survenu quelques secondes plus tard, selon la Couronne.

Coup d'oeil sur cet article

Un accusé de meurtre avait le « plan de poignarder quelqu’un dès que l’occasion s’en présenterait », avant de s’en prendre à une victime innocente en pleine rue et de la tuer, a plaidé la Couronne au jury. 

• À lire aussi: Procès pour Meurtre : la défense estime que les bandes vidéo sont non concluantes

« C’est un crime gratuit, d’une grande lâcheté, a soutenu Katerine Brabant, procureure de la Couronne, au palais de justice de Montréal, mercredi. Il a attaqué sans raison une victime innocente, une victime passive, une victime qui ne faisait rien sur la rue. Ce soir-là, il a déversé sa colère. »

Selon elle, les jurés doivent reconnaître Maxime Chicoine-Joubert coupable du meurtre prémédité de Simon-Olivier Bendwell et de voies de fait armées contre son ami Alexandre Fitchev, le soir du drame du 28 juillet 2019, à Montréal. 

La veille, l’avocate de la défense Marie-Hélène Giroux avait affirmé que son client devait être déclaré non coupable, car on ne peut affirmer qu’il aurait porté le coup fatal et les bandes vidéo ne sont pas concluantes.

« Le seul armé »

Mais la Couronne ne voit pas les images du même œil, affirmant que « la seule personne avec un couteau dans les mains, c’est l’accusé », en mettant en évidence des séquences de la vidéo au jury.

« L’accusé vous fait valoir deux choses pour sa défense : il vous dit que ce n’est pas lui qui a poignardé Simon-Olivier. Mais si vous arrivez à la conclusion que c’est lui, dans ce cas-là, il a trop bu, trop consommé pour être coupable de meurtre », a aussi fait valoir Me Brabant, ajoutant qu’un « black-out, ça ne constitue pas un moyen de défense ». 


Le juge Marc-André Blanchard doit donner ses directives au jury jeudi, avant qu’il n’entame ses délibérations.