/news/politics
Navigation

La nomination de Diane Lebouthillier souhaitée par le milieu

POL-SOMMET-INTERNATIONAL-DE-LA-CONFIANCE
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs intervenants du secteur des pêches aimeraient bien voir Diane Lebouthillier devenir la prochaine ministre des Pêches. Selon eux, les enjeux de la Gaspésie pourraient être mieux compris et mieux portés à Ottawa.

Qui deviendra le ou la prochaine ministre des Pêches à Ottawa? La nomination de Diane Lebouthillier serait la bienvenue, selon les différents acteurs de la région.

«La ministre Lebouthillier vient du coin, et elle est accessible, donc ce serait une bonne nouvelle, pour l’industrie et surtout pour le Québec et la Gaspésie, d’avoir la ministre des Pêches dans notre région», explique Bill Sheehan, vice-président de l’Usine E. Gagnon et Fils.

«Quelqu’un comme ministre qui comprend la réalité spécifique que vivent les pêcheurs gaspésiens, ça ne peut qu’être bénéfique dans notre secteur», ajoute Patrice Element, directeur de l’Office des pêcheurs de crevettes de la Ville de Gaspé.

Cela aiderait grandement la compréhension d’Ottawa des enjeux que vivent les pêcheurs de la Gaspésie, selon Patrice Element.

«Chaque région maritime se concentre sur différentes pêcheries qui ne sont pas les mêmes d’une région ou d’une province à l’autre. Dans notre cas en Gaspésie, on parle de crabe, de homard, de crevette nordique, de flétan du Groenland, donc encore là avoir quelqu’un qui connaît très bien ces pêcheries-là, ça ne peut qu’être bénéfique», précise Patrice Element.

La Gaspésie n’a pas eu de ministre des Pêches originaire de la région depuis près de 40 ans.

«Nommer une ministre qui vient du Québec pourrait être politiquement intéressant pour le gouvernement, ce serait perçu dans les maritimes comme un geste neutre, donc n’avantageant pas une province maritime au détriment des autres», lance Patrice Element.

Cette nomination faciliterait l’accès aux usines de la région.

«Les distances dans le pays sont grandes, donc d’avoir une ministre qui est à notre écoute à 1,5 km de l’usine et d’un paquet d’usines dans le coin serait un avantage», selon Bill Sheehan.

Diane Lebouthillier aurait aidé à devancer la saison de la pêche au crabe la saison dernière, même si cela ne relevait pas de son ministère.

«On sait que les baleines arrivent de plus en plus tôt, donc on sait que Mme Lebouthillier dans ce dossier a travaillé fort à essayer d’influencer pour faire passer notre message à Ottawa», termine Bill Sheehan.

La décision en revient à Justin Trudeau, qui dévoilera son Conseil des ministres le 25 octobre prochain.