/opinion/columnists
Navigation

L’heure H pour la santé

Bloc santé infirmière
Photo Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

C’est samedi que le personnel de la santé non vacciné adéquatement devra quitter le travail.

Le ministre Christian Dubé met encore plus de pression en exhortant les ordres professionnels à suspendre le permis d’exercice de ces personnes, les empêchant du coup de se déployer dans les soins privés.

Si la manœuvre entraîne les récalcitrants à se faire vacciner, ce sera tant mieux pour lui et la population. Dans le cas contraire, aucun plan de contingence ne pourra répondre adéquatement à l’absence de milliers de personnes soignantes.

Les contraintes deviendront alors plus grandes sur notre système de santé qui souffre déjà d’un manque de ressources.

La population ne se contentera pas d’un plan sur papier qui ne se réalisera pas dans les faits. Le ministre joue gros !

Autoritarisme

Les intentions du ministre paraissent nobles. Il y a tout de même lieu de réfléchir aux impacts de ses décisions.

Son exhortation aux ordres professionnels est-elle précurseure d’un autoritarisme qui sied mal à notre société ?

On se rappelle également les appels lancés par une ministre pour dénoncer les voisins délinquants.

Ils sont confortés dans leurs positions avec une majorité de la population qui appuie les mesures sanitaires en place.

Il s’avère difficile de construire une société démocratique lorsqu’on monte les citoyens les uns contre les autres.

La vigilance s’imposera dans l’apaisement de la pandémie !

Science et croyances

Pendant que certains s’opposent aux mesures sanitaires selon leurs croyances, d’autres assoient leur argumentation sur la science.

Il y a 100 % de probabilités qu’ils ne se rejoignent jamais. La science n’a pas réponse à tout, et les croyances viennent combler les vides de l’inexplicable.

Comme immunosupprimé, j’ai déjà reçu ma troisième dose. Considérant ma condition de santé, j’aimerais bien que tout le monde soit vacciné.

Chose certaine, je me tiens loin des non-vaccinés et je souhaiterais qu’ils en fassent autant.