/qubradio
Navigation

Pénurie de main-d’œuvre: il aide des autistes à accéder au marché du travail

Female doctor hands hold male arm in medical hospital
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre, il est grand temps de miser sur les personnes issues de la «neurodiversité», a plaidé le cofondateur et directeur général de Neuro Plus, Pierre Bissonnette. 

Son entreprise, qui ne recrute que des personnes autistes, asperger, atteintes de douance ou de dyslexie, par exemple, vise à mettre en contact ces travailleurs avec des employeurs et à leur offrir du suivi.

«Moins de 15 % des personnes autistes occupent un travail dans leur domaine», a illustré M. Bissonnette, au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB Radio mercredi.

«Ça n’a rien à faire avec leurs compétences, mais ils sont maladroits socialement. Ils ne sont pas capables de passer à travers d’une entrevue d’embauche d’eux-mêmes», a-t-il précisé.

Les candidats suivent d’abord une formation pour les préparer au travail et des accompagnateurs aident à l’insertion des nouveaux venus en entreprise. Une quarantaine de personnes ont pu obtenir un emploi depuis un an grâce aux démarches de l’entreprise d’économie sociale.

Neuro Plus dit avoir des centaines de candidats prêts au travail. Il est temps de leur donner une chance, a fait valoir Pierre Bissonnette. La neurodiversité regroupe environ de 10 à 15 % de la population.

«C’est un peu dommage qu’on mette tellement d’efforts à aller à l’étranger chercher de la main-d’œuvre, alors qu’on a un énorme bassin de candidats ici qui sont prêts et capables de travailler», a-t-il ajouté.

À VOIR AUSSI... 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions